"L'augmentation des chiffres d'infections freine le retour à la normalité" de l'économie mondiale, remarque Jochen Stanzl, analyste en chef de CMC Markets.

Alors que la pandémie de nouveau coronavirus a fortement ralenti en Europe, où le cap symbolique des 3 millions de cas recensés a été franchi jeudi, de nombreuses régions du monde connaissent une flambée des contaminations.

Aux États-Unis, l'explosion des cas a fait grimper le chômage pour la première fois depuis fin mars, un peu plus d'1,4 million de nouvelles demandes de chômage ayant été déposées entre le 12 et le 18 juillet, contre 1,307 million la semaine précédente.

En Allemagne, le moral des consommateurs devrait malgré tout encore s'améliorer nettement en août. Selon le baromètre Gfk publié jeudi, il devrait gagner 9,1 points par rapport à juillet pour s'établir à -0,3 point, porté par les mesures de relance de la demande adoptées en juin par Berlin, après le choc de la pandémie.

Le point à la clôture:

La Bourse de Francfort a clôturé à l'équilibre jeudi, le Dax perdant 0,01%. L'indice vedette a perdu 1,10 point à 13.103,39 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes s'est tassé de 0,29% à 27.311,54 points;

La Bourse de Paris a fini atone jeudi (-0,07%). L'indice CAC 40 s'est effrité de 3,36 points à 5.033,76 points. La veille, il avait fini en baisse de 1,32%;

La Bourse de Londres a terminé proche de l'équilibre jeudi (+0,07%). A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a pris 4,34 points à 6.211,44 points.

Avis de brokers pour Sofina, Barco, KBC

Sofina (-0,62% à 241,50 euros) a été confirmé à "conserver" chez Kepler Cheuvreux, l’objectif grimpant de 226 vers 230 euros suite à une mise à jour du modèle de valorisation. "La valeur d’inventaire s’est montrée particulièrement résiliente à l’issue d’un premier semestre difficile. Nous continuons de penser que Sofina ne mérite pas de décote au vu de la qualité des participations. Au niveau actuel du cours, le risque baissier nous semble limité". De son côté, Degroof Petercam a confirmé son avis « conserver » avec un objectif relevé vers 215 euros.

Barco (+2,84% à 18,40 euros) a été confirmé à "acheter" chez ING, l’objectif de cours étant légèrement descendu vers 26 euros. Cette révision est intervenue suite à la récente annonce des chiffres semestriels, marqués par un chiffre d’affaires inférieur aux attentes. "Le bon contrôle des coûts a toutefois permis au groupe de dégager un résultat net supérieur à nos prévisions", souligne l’analyste. Il estime également que la situation opérationnelle devrait s’améliorer graduellement durant le second semestre, et que la valorisation lui semble dès lors attractive.

KBC (-1,16% à 52,74 euros) a été descendu d’"acheter" vers « conserver » chez Berenberg (avec un objectif fixé à 55 euros), à l’occasion de la publication d’une étude sectorielle sur le Benelux et la France. "Nous continuons d’apprécier le groupe belge, mais nous craignons que les attentes du marché soient trop élevées, et nous préférons désormais attendre un meilleur point d’entrée". Berenberg a également confirmé son avis "acheter" sur ING (-0,40% à 6,46 euros) avec un objectif relevé de 7,5 vers 8 euros.

G.Se.