Les marchés européens ont fini en hausse ce lundi, soutenus par l'espoir d'une avancée commerciale sino-américaine, mais sans oublier tous ses doutes sur la solidité de l'économie mondiale.

"Le nouveau cycle de négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis constitue le point le plus surveillé de la semaine et le marché semble vouloir croire à une avancée", a estimé auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

Les pourparlers commerciaux sino-américains doivent reprendre dès jeudi, près d'un mois après l'entrée en vigueur de nouveaux droits de douane réciproques.

Selon des informations de presse, la Chine a restreint le nombre de sujets qu'elle veut aborder avec les responsables américains lors de ces discussions.

La Maison Blanche a affirmé de son côté lundi que tous les sujets seraient sur la table cette semaine, y compris celui des subventions massives des entreprises d'État chinoises que Pékin ne souhaiterait plus discuter.

Mais, selon M. Baradez, "la macroéconomie reste sous surveillance", que ce soit aux États-Unis après deux indicateurs d'activités ISM décevants ou en Allemagne qui fait figure de "point noir de l'Europe actuellement". "Depuis 10 jours, les marchés sanctionnent ainsi davantage les indicateurs moins bons qu'attendu", a-t-il ajouté.

La contrepartie étant, a-t-il complété, que les marchés se disent de plus en plus que "si les mauvaises nouvelles se multiplient, la Réserve fédérale américaine va de nouveau abaisser ses taux" même si pour le moment elle n'a pas communiqué en ce sens.

Brexit et destitution

Deux dossiers politiques continuent par ailleurs à préoccuper les investisseurs: le Brexit et la procédure de destitution aux États-Unis.

Sur le divorce entre Européens et Britanniques, les discussions entre les deux parties doivent reprendre lundi, sans signe de progrès à ce stade.

Concernant la procédure entamée contre le président américain, un deuxième lanceur d'alerte a livré des informations de première main sur l'affaire ukrainienne au coeur du dossier, a indiqué l'avocat de ce membre des services de renseignement.

Du côté des indicateurs, le recul des commandes industrielles allemandes de 0,6% en aôut, un chiffre moins bon qu'attendu par le consensus de Factset (+0,6%), est venu une nouvelle fois renforcer les craintes au sujet de la première économie de la zone euro.

Le point à la clôture:

  • La Bourse de Paris a clôturé en hausse lundi (+0,61%). L'indice CAC 40 a pris 33,29 points à 5.521,61 points, dans un volume d'échanges faible de 2,5 milliards d'euros. Vendredi, la cote avait terminé en hausse de 0,91%;
  • La Bourse de Francfort a fini lundi en hausse, le Dax gagnant 0,70%, dans un marché dopé par la reprise des pourparlers commerciaux entre Pékin et Washington. L'indice vedette a gagné 84,62 points sur la séance pour finir à 12.097,43 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté pris 0,32%, à 25.615,96 points;
  • A Bruxelles, le BEL 20 gagnait 0,51%, à 3.628,92 points avec 13 de ses éléments dans le vert.