La progression du début de semaine, due aux espoirs d'un remède médical contre le Covid-19, est encore "la tendance de fond", estime auprès de l'AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale d'Oddo Securities.

Malgré les réserves émises par l'Organisation mondiale de la santé sur le traitement au plasma sanguin autorisé par la procédure d'urgence aux Etats-Unis et les nombreux obstacles sur le chemin d'un vaccin, les marchés espèrent un retour à la normale rapide pour l'économie.

La progression de l'indice parisien se fait toutefois sur des volumes faméliques, 1,8 milliard d'euros, et un "no man's land" d'informations sur l'actualité des sociétés, pointe M. Jacoby.

"Clarification" de la Fed

L'agenda macro-économique sera en revanche un peu plus dense jeudi et vendredi avec le symposium de Jackson Hole, grand rendez-vous annuel des banquiers centraux, mais qui aura lieu par écran interposé.

Les marchés attendent surtout "une clarification" lors du discours du président de la réserve fédérale américaine (Fed), selon John Plassard, spécialiste de l'investissement pour Mirabaud Securities. Alors que la dernière grande réunion de la Fed laissait entrevoir de nouvelles interventions, le compte-rendu de la réunion monétaire paru la semaine dernière a paru plus mesuré aux investisseurs.

Au-delà de cette clarification, "on n'est pas vraiment dans un contexte politique où il est possible d'envisager un changement de cap dur de la part de la Fed", l'élection présidentielle américaine approchant, nuance M. Jacoby.

La prudence a notamment été de mise durant la matinée, avant que les nouvelles macro-économiques des Etats-Unis ne viennent accélérer la hausse.

Les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont fortement augmenté en juillet, pour le troisième mois d'affilée après le plongeon d'avril. Elles ont progressé de 11,2%, trois fois plus que les estimations des analystes.

Le point à la clôture:

La Bourse de Francfort a fini mercredi en hausse, le Dax gagnant 0,98%. L'indice vedette a progressé de 128,53 points à 13.190,15 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté pris 0,94%, à 27.861,67 points;

La Bourse de Londres a terminé en légère hausse de 0,14%. A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a grappillé 8,59 points à 6.045,60 points;

La Bourse de Paris a lui aussi fini en hausse ce mercredi. L'indice CAC 40 a gagné 40,16 points à 5.048,43 points. La veille, il avait terminé presque à l'équilibre (+0,01%).

Avis de brokers pour Umicore, Galapagos et Cofinimmo

Umicore (+2,03 % à 39,16 euros) a vu son objectif relevé de 26 vers 28 euros chez Credit Suisse, l’objectif étant maintenu à "sous-performer". L’analyste a pris en compte un niveau plus élevé pour les prix des métaux précieux et un redressement des valorisations sectorielles. "La performance opérationnelle devra toutefois rester très solide afin de pouvoir justifier la valorisation actuelle". Récemment, UBS avait également confirmé son avis "vendre", avec un objectif réduit de 35 vers 33 euros.

Galapagos (+2,44 % à 113,50 euros) a continué de voir les courtiers descendre lourdement leurs objectifs suite au retard pris par le Filgotinib dans son processus d’approbation sur le marché américain, avec des reculs de 192 vers 140 euros chez KBC Securities ("conserver") et de 210 vers 133 euros chez Jefferies. Ce dernier courtier a également descendu son avis d’"acheter" vers "conserver", en estimant que ce retard est de nature à réduire fortement le potentiel commercial du produit sur le long terme.

Cofinimmo (+1,14 % à 124,00 euros) a récemment été relevée de "conserver" vers "ajouter" chez Degroof Petercam, avec un objectif fixé à 135 euros. L’analyste constate que le poids des maisons de repos atteint désormais 69 % du portefeuille, avec une décote qui tarde à se corriger par rapport à des groupes comme Aedifica ou CP Invest. "En outre, la croissance s’est accélérée fortement depuis l’arrivée de la nouvelle équipe dirigeante". À noter que le courtier a également descendu son avis sur Xior (inchangé à 51,90 euros) d’"ajouter" vers "conserver" avec un objectif fixé à 45 euros. 

G.Se.