• A la clôture, le BEL20 bruxellois avait progressé de 1,79 % à 3 362,40 points, Paris de 1,40%, Francfort de 2,07%, Londres de 1,39%, la Bourse de Milan de 2,02% et Madrid de 0,95%.
  • Après trois séances de suite de recul sous l'effet des valeurs technologiques et un jour férié lundi, les trois principaux indices américains progressaient nettement à mi-séance: le Dow Jones gagnait 2,06%, le Nasdaq 2,92% et le S&P 500 2,36%.

"Les Etats-Unis continuent d'influencer fortement les marchés européens" dans un sens comme dans l'autre, observe Waldemar Brun-Theremin, gérant pour Turgot Asset Management.

Après avoir traîné le marché américain comme un boulet au pied, l'Europe bénéficiait cette fois d'un retour de balancier. En cause, un certain tassement dans l'effet de rotation sur les valeurs qui avait eu pour conséquence de faire chuter les valeurs de la tech.

"Des deux côtés de l'Atlantique, on assiste depuis plusieurs séances à des prises de bénéfices sur les entreprises qui affichent une forte croissance, et un retour des valeurs qui ont une croissance plutôt stable, à l'image des 'utilities'", les entreprises de service public, souligne Waldemar Brun-Theremin.

Les investisseurs se sont par ailleurs préparés à la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui a lieu jeudi. L'institution est actuellement confrontée à une inflation très basse et à un niveau de l'euro élevé face au dollar.

Avis de broker pour Bois Sauvage, ING et Ontex

Bois Sauvage (-0,9% à 328 euros) a été confirmé à "conserver" chez Kepler Cheuvreux, avec un objectif ajusté de 397 vers 355 euros. Cette révision est liée à la forte baisse des ventes pour les activités liées au chocolat durant le premier semestre, tandis que le groupe est également exposé sur des segments cycliques en raison des positions dans Umicore et Recticel. "Nous préférons rester prudents dans les circonstances actuelles, et nous avons relevé le niveau de décote pour le titre de 20 vers 25% pour prendre en compte ces diverses incertitudes".

ING (+1,4% à 7,05 euros) a été remonté de "conserver" vers « acheter » chez le Crédit Suisse, avec un objectif grimpant de 7,5 vers 9 euros. Cette révision est liée à la sortie d’un rapport consacré au secteur bancaire européen. "Nous estimons qu’il existe désormais des opportunités suite à la forte pression baissière, en particulier pour les groupes qui affichent une situation financière solide".

Ontex (+1,1% à 12,01 euros) a été relevé de "conserver" vers "acheter" chez KBC Securities, avec un objectif grimpant de 16,5 vers 18 euros. L’analyste souligne que la décote du titre par rapport à ses concurrents atteint désormais des sommets, et que la confiance dans l’équipe dirigeante s’est évaporée. "L’activisme des actionnaires pourrait constituer un électrochoc dans la volonté de dégager de la valeur, et nous estimons que la valorisation actuelle constitue une opportunité attractive". Le courtier a également ajouté le titre dans sa liste d’actions préférées au niveau du Benelux.

G.Se.