Les marchés européens ont prolongé leur rebond de la veille ce mercredi, soutenus par les dernières annonces de soutien monétaires et budgétaires face à l'impact de l'épidémie de coronavirus, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne, ainsi que par des facteurs techniques.

Après avoir ouvert en hausse et accéléré la cadence en début de matinée, la cote parisienne a connu une baisse de régime en milieu de séance, pour finalement nettement redresser la barre.

"Nous sommes passés d'un stade de marché où nous étions guidés par la peur, avec des ventes massives, à une phase de rééquilibrage, de stabilisation mais fragile", a souligné auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

"Il y a un soulagement par rapport à la prise de conscience et à la réponse globale à la crise que l'on est en train de traverser avec des mesures assez fortes prises aux Etats-Unis et très importantes aussi du côté européen", a-t-il ajouté.

Après plusieurs jours de tractations intenses, la majorité républicaine et l'opposition démocrate se sont accordées sur un texte majeur qui va mobiliser autour de 2.000 milliards de dollars à destination des salariés, des entreprises, des hôpitaux et des collectivités.

De leur côté, les députés allemands ont voté mercredi des mesures globales d'un montant proche de 1.100 milliards d'euros.

"Nous arrivons aussi en fin de mois avec un rééquilibrage qui doit s'opérer dans les portefeuilles, ce qui explique également le mouvement haussier", a relevé M. Tuéni.

Reste que "tant qu'on n'a pas d'indications positives par rapport à l'évolution de la pandémie, des chiffres un peu plus contenus sur les nouveau décès ou les nouvelles contaminations, il va être très compliqué d'avoir un rebond sain et durable sur le marché", selon lui.

La pandémie a fait au moins 19.246 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP, avec plus de 427.000 cas positifs recensés.

Sur le terrain des indicateurs, l'inflation a légèrement ralenti au Royaume-Uni, à 1,7% sur un an au mois de février.

L'indice IFO du moral des entrepreneurs allemands a quant à lui enregistré en mars sa plus lourde chute depuis 1991, à 86,1 points, selon une donnée publiée mercredi et révisant légèrement à la baisse une précédente estimation.

Aux Etats-Unis, les commandes de biens durables ont augmenté de 1,2% en février, déjouant les attentes des analystes qui tablaient sur un recul.

Le point à la clôture:

  • La Bourse de Paris a prolongé son rebond (+4,47%). L'indice CAC 40 a gagné 189,60 points à 4.432,30 points, dans un volume d'échanges très étoffé de 5,3 milliards d'euros. La veille, il s'était envolé de 8,39%;
  • La Bourse de Francfort a fini mercredi en hausse modérée, le Dax prenant 1,79%. L'indice vedette a gagné 173,69 points sur la séance pour finir à 9.874,26 points, après être passé brièvement au-dessus de 10.000 points puis être tombé en milieu de séance sous la barre des 9,500 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, pris 2,87%, à 20.762,04 points;
  • La Bourse de Londres a terminé mercredi sur une nouvelle envolée de 4,45%. L'indice FTSE-100 des principales valeurs s'est envolé de 242,19 points, à 5.688,20 points, à l'issue d'une séance en montagnes russes.