Les marchés vont-ils connaître une future crise comparable à l'éclatement de la bulle internet entre 2000 et 2002? Ce n'est pas impossible d'après la banque Goldman Sachs, dont certains analystes, dans une note, s'inquiètent de la corrélation entre l'indice VIX - qui calcule le niveau de volatilité des marchés (l'indice est aussi surnommé "indice de la peur") -, et l'indice S&P500.

En clair, lorsque les marchés ont tendance à monter en puissance, la volatilité a tendance à baisser. Mais ce n'est pas le cas cette fois, l'indice S&P500 et l'indice VIX ayant atteint des niveaux record. Et c'est bien ce qui inquiète les analystes du géant bancaire américain: en effet, la dernière fois que cette situation était apparue, elle avait débouché sur l'éclatement de la bulle internet entre 2000 et 2002.

Plusieurs explications sont avancées par les éminences grises de Goldman Sachs. A commencer par le fait que "les marchés boursiers américains [aient] montré une forte tendance à la hausse des volumes et des prix" alors que la volatilité des valeurs technologiques et les inquiétudes - grandissantes - des investisseurs quant aux futures élections présidentielles américaines pèsent lourd dans la balance.

Normalement, lorsque le marché boursier monte, la volatilité a tendance à diminuer. Mais selon Goldman Sachs, cette tendance s'est inversée, puisque l'indice S&P 500 et l'indice VIX ont tous deux atteint des pics record de corrélation entre eux.

L'indice de la peur évolue même à son plus haut niveau alors que le S&P500 connaît également un pic qu'il n'avait plus atteint depuis mars 2000. A cette époque le Nasdaq, porté sur les valeurs technologiques, avait chuté de près de 80 % par rapport à son plus haut niveau, pour plonger à son plus bas niveau depuis 6 ans à la fin de l'année 2002.