La plateforme de livraison alimentaire Deliveroo, qui prépare son introduction en Bourse à Londres, a révélé une perte de 223,7 millions de livres l'an dernier, réduite par rapport aux 317 millions un an plus tôt. Le groupe, qui prévoit son lancement en Bourse en avril d'après une source proche du dossier à l'AFP, a vu la valeur des transactions sur sa plateforme bondir de 64 % l'an dernier, à 4,1 milliards de livres, et dessert 800 sites dans 12 marchés.

L'introduction boursière, qui "ciblera les investisseurs institutionnels hors des Etats-Unis", comportera également "50 millions de livres d'actions disponibles pour ses clients" disposant d'un compte Deliveroo.

L'opération sera composée de "nouvelles actions émises par l'entreprise et d'actions existantes cédées par certains actionnaires existants".

Des actions réservées au fondateur

Le groupe comptera désormais deux types d'actions, les titres A qui seront les seuls cotés, et les titres B, détenus exclusivement par le fondateur et directeur général Will Shu, "qui bénéficiera de 20 votes pour chaque action B". "Cette structure durera trois ans à compter de l'introduction en Bourse, puis les actions de classe B seront automatiquement converties en actions de classe A", précise le communiqué.

Dans un communiqué, Deliveroo précise qu'il collabore avec 115 000 commerces alimentaires, 100 000 livreurs et compte "des millions de clients".

Le groupe, qui n'a pas encore donné de détails sur le montant de l'opération boursière, a indiqué dimanche qu'il allait accorder à certains livreurs "qui travaillent depuis le plus longtemps et le plus dur" des "paiements individuels de jusqu'à 10 000 livres".

Au total, Deliveroo, dont l'application permet de commander des plats auprès de restaurants, "prévoit de verser un montant total de 16 millions de livres sterling (18,6 millions d'euros) à des livreurs partenaires" pour "les remercier".

Cela représentera "une rétribution exceptionnelle de 10 000, 1 000, 500 ou 200 livres sterling (11 600, 1 160, 580 ou 230 euros)" par livreur concerné -- en l'occurrence ceux qui ont pris le plus de commandes, ajoute la société. Avec un versement moyen de "440 livres environ".