Le baril coté à New York a chuté sous les zéro dollar ce lundi et a même atteint -37,63 dollars juste avant la clôture. Une situation historique sans précédent. Par comparaison: en 2011, le prix du baril atteignait les 114 dollars.

Le WTI (West Texas Intermediate), coté à Wall Street, est particulièrement touché car la demande ne suit pas l'offre, surabondante, et les capacités de stockage américaines sont presque saturées.

Pour l'Europe, c'est le baril de Brent qui sert de référence. Il s'échangeait quant à lui à environ 25 dollars le baril ce lundi à la clôture des bourses européennes.

Si les courbes d'évolution de prix sont généralement assez proches, la situation actuelle aux Etats-Unis, pays plus gros producteur de pétrole au monde (on ne parle pas ici d'exportation, car les Etats-Unis n'en exportent quasiment pas), est particulièrement préoccupante pour le secteur pétrolier et pour les spéculateurs. Avec un prix du baril qui passe en négatif, cela signifie que les investisseurs sont prêts à payer pour se décharger de leurs surplus de pétrole. Précisons qu'il s'agit ici du marché à terme, avec contrat pour le mois de mai qui expire ce mardi à la clôture, ce qui explique cette affolement de fin de journée.

En tout cas, les mesures de réduction de la production par les pays membres le l'Opep+ du début de mois d'avril n'ont clairement pas suffit à retenir la chute du prix du baril, alors qu'une partie du monde est en confinement et que l'activité économique est dans son ensemble au ralenti. De plus, la guerre des prix lancée par l'Arabie saoudite et la Russie qui avait précédé la conclusion de cet accord a largement pesé sur les prix les semaines précédentes.

La situation devrait toutefois s'améliorer dans les jours à venir, estiment plusieurs analystes.

"Il est un peu trompeur de se focaliser sur le contrat de mai", souligne ainsi Matt Smith, expert du marché pétrolier pour ClipperData. "Il y a beaucoup plus d'échanges sur le baril pour livraison en juin".
Et ce dernier a un peu mieux résisté: il a baissé de 18% lundi pour finir à 20,43 dollars. Pour rappel, un baril contient environ 159 litres de pétrole brut.