Les bureaux de la Deutsche Boerse AG, opérateur de la bourse de Francfort, font l’objet d’une perquisition dans le cadre d’une enquête sur l’un des scandales fiscaux les plus controversés en Allemagne.

Selon des informations rapportées par Bloomberg, citant un communiqué de la Deutsche Boerse , les perquisitions font partie d’enquêtes internationales sur ce que l’on appelle les "accords fiscaux Cum-Ex" et ciblent les clients et le personnel. La société a déclaré coopérer avec les autorités.

Les transactions Cum-Ex ont profité de la pratique allemande, maintenant abandonnée, d'imposer les dividendes, ce qui permettait d'obtenir de multiples remboursements sur une taxe payée une seule fois en utilisant des transactions compliquées. 

La mesure a été supprimée en 2012 lorsque l'Allemagne a révisé ses règles, et les législateurs estiment que le gouvernement aurait perdu au moins 10 milliards d'euros au total. 

Par ailleurs, l'unité de dépôt de titres de Deutsche Boerse a appris en 2017 que les procureurs de Cologne avaient engagé des procédures pour fraude fiscale à l'encontre de l'un de ses employés pour son implication présumée dans l'affaire. 

La division, appelée Clearstream, a été informée l'année suivante qu'elle serait entendue en tant que participant secondaire potentiel, comme l'indiquent les documents déposés par la société.