Le titre de la Juventus Turin s'écroulait mercredi matin à la Bourse de Milan, avec une baisse de plus de 10 % à l'ouverture, après la défection des clubs anglais dans le projet de Super League dont le club italien est l'un des instigateurs.

L'action de la Juventus, qui avait atteint lundi son plus haut niveau (0,911 euro) depuis septembre 2020 après l'annonce de la création de cette Super League, a déjà baissé mardi (-4,23 %) et était de nouveau orientée à la baisse mercredi matin, à -10,37 % (à 0,782 EUR) un peu plus d'une demi-heure après l'ouverture.


La Juventus, sollicitée mercredi matin par l'AFP, a indiqué ne pas s'exprimer pour le moment après l'annonce du retrait des six clubs anglais initialement inclus dans ce projet de Super League, aux côtés de trois clubs espagnols et trois italiens.

Les créateurs de la Super Ligue ont réagi à ce départ des clubs anglais en annonçant qu'ils allaient "reconsidérer les étapes les plus appropriées pour remodeler le projet", ce qui s'apparente à une suspension du projet.

Dans un entretien publié mercredi par la Repubblica mais accordé mardi avant l'annonce du retrait anglais, le président de la Juventus continue de soutenir ce projet : "Entre nos clubs, il y a un pacte de sang, on va avancer. (Le projet) a 100% de chances de succès", affirme celui qui apparaît comme l'un des principaux soutiens du projet avec le président du Real Madrid, Florentino Perez.