Placements / Marchés L’action a clôturé en baisse mercredi alors que les analystes relèvent les limites de la décision.

Mercredi, l’action UCB a clôturé en baisse de 2,64 % à 75,88 euros, alors que la veille, le groupe biopharmaceutique belge avait annoncé l’accord de la FDA (US Food and Drug Administration) pour commercialiser l’Evenity (romosozumab), un traitement contre l’ostéoporose, destiné aux femmes ménopausées avec haut risque de fracture.

Comment expliquer que ce qui apparaît comme une bonne nouvelle n’ait pas eu un effet positif sur l’action ?

Premier point : ce n’est qu’une demi-surprise dans la mesure où un comité spécialisé de la FDA avait déjà recommandé en janvier, et à la quasi-unanimité, l’approbation de ce traitement.

Deuxième point précisé dans le communiqué d’UCB : aux USA, le médicament sera commercialisé avec un avertissement mis en évidence sur l’emballage signalant une augmentation du risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de mort cardiovasculaire. Le médicament sera donc proscrit pour les femmes qui ont déjà eu un arrêt cardiaque ou un AVC. Un suivi de ces risques devra être effectué pendant cinq ans.

Amgen, le partenaire américain, s’est engagé à monitorer les données sur les effets sur la santé des patients. Il devrait donner des indications sur le prix du médicament dans une semaine environ. Médicament qui devra être administré par un professionnel de la santé.

Concurrence d’autres traitements

Stéphanie Put, analyste chez Degroof Petercam, soulève également la concurrence d’autres traitements génériques ou biosimilaires. Chez KBC Securities, Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse voient un déploiement commercial mondial de l’Evenity après l’accord obtenu auprès de la FDA. Le produit d’UCB est actuellement à l’examen en Europe - une décision est attendue avant la mi-2019 au Canada, en Australie, au Brésil et en Suisse.

On se souviendra que l’action UCB avait chuté en 2017, après que des examens cliniques du romosozumab ont fait apparaître un "déséquilibre dans les événements indésirables graves cardiovasculaires".