Le cours du géant chinois de la livraison Meituan a plongé à la Bourse de Hong Kong pour la deuxième journée d'affilée, après que son patron a publié en ligne un poème ancien interprété comme une critique voilée contre le gouvernement chinois.

A la clôture, le titre a perdu 5 %, soit une chute d'environ 12 % depuis la semaine dernière, alors que les investisseurs voient le groupe comme la prochaine cible du régulateur chinois parmi les grandes entreprises chinoises du numérique.


Pékin a lancé ces derniers mois une vaste opération de mise au pas du secteur afin d'en limiter son influence sur la société, selon les analystes, prenant pour prétexte les règles anti-monopolistiques sur les services financiers à destination des consommateurs.

Jack Ma et son entreprise Alibaba ont été les premiers dans le viseur des autorités chinoises. © Abacapress

Le géant chinois de la vente en ligne Alibaba a été la première cible des autorités chinoises, avec une amende de près de 2,8 milliards de dollars en avril pour abus de position dominante et pratiques anti-concurrentielles.

Meituan, qui propose via son application des biens de consommation et culturels ainsi que des services divers, fait à son tour l'objet d'une enquête similaire, lancée fin avril.

Sous pression des marchés depuis, la tendance s'est amplifiée après que le PDG du groupe, Wang Xing, a publié mardi sur les réseaux sociaux un ancien poème chinois évoquant le règne tyrannique du premier empereur, un message largement interprété comme visant les autorités.

Le poème controversé déjà supprimé

La mise au pas des géants chinois du numérique avait débuté en octobre dernier débuté après des critiques du fondateur d'Alibaba, Jack Ma, contre les régulateurs. Le message de M. Wang fait désormais craindre des mesures de rétorsion contre Meituan.

Un influent groupe de défense des consommateurs de Shanghai a accusé lundi l'entreprise de contenus trompeurs et de difficultés de remboursement sur son application mobile, aggravant de fait ses difficultés.

"Poster un poème aussi énigmatique à un moment aussi sensible est le meilleur moyen d'effrayer les investisseurs", a commenté un internaute sur Gelonghui, un groupe de discussion populaire sur Weibo consacré au marché boursier.

Wang Xing a rapidement effacé le poème, assurant qu'il avait été mal interprété.

Depuis son introduction en Bourse en 2018, le titre Meituan, qui est soutenu par un autre géant chinois, Tencent, a fortement progressé, en faisant l'une des plus importantes valorisations du secteur numérique chinoise.

Le groupe s'est engagé à présenter aux autorités un plan "rectificatif" afin de répondre à ce que le gendarme chinois des marchés a appelé un "comportement potentiellement monopolistique".

Selon Zhang Gang, analyste pour Central China Securities, les investisseurs craignent un retournement proche pour les titres jusqu'ici en croissance, comme Meituan, et préfèrent s'en défaire par anticipation de sanctions à venir.