Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average s'est enfoncé de 2,78% à 28.292,73 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a ainsi plongé de 4,96% à 11.458,10 points et l'indice élargi S&P 500 a chuté de 3,51% à 3.455,06 points. Selon Quincy Krosby de Prudential Financial, "le marché boursier a connu ces dernières semaines une croissance trop explosive, était surévalué et devait s'attendre à un repli."

Mercredi, le Nasdaq et le S&P 500 avaient de nouveau battu leurs records. Le Dow Jones avait lui achevé lundi son meilleur mois d'août depuis 1984 et s'était rapproché de son plus haut historique.

Depuis leur plongeon de la mi-mars et malgré quelques accidents de parcours, les grands indices new-yorkais ont entamé une remontée spectaculaire.

Ces progressions sont d'autant plus étonnantes que l'économie américaine reste particulièrement fragilisée par les conséquences de la pandémie de Covid-19 et que la crise sanitaire est loin d'être jugulée dans le pays.

Jeudi, le département du Travail a fait part d'une baisse des nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, qui se sont également révélées inférieures aux attentes des analystes (881.000 nouvelles demandes d'allocation contre 915.000 attendues).

Les acteurs du marché prendront connaissance vendredi du rapport mensuel très suivi sur l'emploi et le taux de chômage américains.

Autre raison évoquée par Mme Krosby pour justifier la dégringolade boursière de jeudi: la méfiance au sujet de la commercialisation imminente d'un vaccin contre le coronavirus.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont demandé "urgemment" la semaine dernière aux Etats de faire le nécessaire afin que les centres de distribution d'un futur vaccin puissent être "complètement opérationnels d'ici le 1er novembre 2020".

"Mais dans la nuit de mercredi à jeudi, on a vu des docteurs expliquer dans les médias que ça ne serait pas possible, se demandant si la CDC n'était pas utilisée à des fins politiques", fait remarquer Quincy Krosby.

Principales victimes du sérieux coup de mou de jeudi, les grands noms de la tech, qui ont porté Wall Street à bout de bras depuis mars, ont vacillé: Apple a plongé de 8,01%, Amazon de 4,63%, Alphabet (la maison mère de Google et YouTube) de 5,12%, Microsoft de 6,19% et Facebook de 3,76%.