Selon des résultats définitifs à la clôture d'une séance volatile, le Dow Jones a glissé de 0,12% à 30.960,00 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, en revanche a avancé à un nouveau record à 13.635,99 points, en progrès de 0,69%, tandis que le S&P 500 est parvenu de peu à un nouveau sommet à 3.855,36 points en hausse de 0,36%.

"La prudence a été de mise à l'ouverture d'une des semaines les plus chargées de la saison des résultats et alors que la Réserve fédérale tiendra sa première réunion monétaire de 2021", résumaient les analystes de Schwab.

"Les marchés digèrent des nouvelles favorables concernant la lutte contre le Covid-19 et ses variants après que Moderna a annoncé que son vaccin devrait être efficace contre les mutations du virus venant du Royaume-Uni ou d'Afrique du Sud", ont ajouté ces analystes.

Sept des onze secteurs du S&P 500 sont restés dans le vert dont les services (+1,95%) et les technologies de l'information (+0,88%).

Sur le front de la macro-économie, le projet de relance massive du président Joe Biden portant sur 1.900 milliards de dollars a rencontré "une résistance du côté des deux partis" au cours du week-end, notaient les analystes de Wells Fargo soulignant que le calendrier de ces mesures restait incertain.

Parmi les nombreux résultats d'entreprises attendus, ceux du papetier Kimberly-Clark (+3,25%) ont été bien accueillis alors que, notamment du fait de l'épidémie, ses ventes de mouchoirs jetables et de papier toilette ont bondi. Mais le groupe a averti d'une hausse des prix des matières premières à venir.

Les prochains jours sont notamment attendus, les résultats de poids lourds comme Apple, Facebook et Microsoft ainsi que Boeing et Tesla.

Mercredi les marchés surveilleront la conférence de presse du président de la Fed, Jerome Powell. Jeudi, ils devront digérer la première estimation du Produit Intérieur Brut américain pour le dernier trimestre 2020.

Feuilleton boursier du moment, la chaîne américaine de magasins de jeux vidéo GameStop, dont la cotation a été suspendue en début de séance à cause d'une trop grande volatilité, a encore grimpé de 18,12% sous l'effet de mécanismes spéculatifs, sans rapport avec la performance réelle de la société.

Depuis le début de l'année, l'action a décollé de près de 300% à la Bourse new-yorkaise, ce qui laisse perplexes jusqu'aux plus fervents soutiens de l'entreprise, alors que son modèle économique de magasins physiques semble dépassé.

Le titre du jour a été Apple, qui a atteint un record en séance, et terminé en hausse de 2,77% à 142.92 dollars.

Sur le marché obligataire, le rendement à 10 ans sur les bons du Trésor a cédé du terrain à 1,0295% contre 1,0855% vendredi.