Wall Street conservait son élan de la veille, encouragée par la bonne santé boursière des géants technologiques et une annonce de Moderna sur l'efficacité de son vaccin contre le Covid-19 pour les 12-17 ans.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average grappillait 0,03 % à 34 403,49 points, Le Nasdaq, notamment porté par Amazon, Microsoft et Facebook, s'appréciait de 0,23 % à 13 693,08 points. L'indice élargi S&P 500 montait de 0,10 % à 4 201,14 points. Lundi, les principaux indices new-yorkais avaient tous terminé dans le vert.

"Les prix des actions des géants boursiers sont montés hier, les taux obligataires à long terme sont de nouveau en baisse ce matin et Moderna a annoncé que son vaccin contre le Covid était à 100 % efficace lors des essais cliniques sur des adolescents", résume Patrick O'Hare de Briefing.

"Autrement dit, les acteurs du marché trouvent des raisons pour conserver la dynamique haussière", poursuit l'expert.

L'action de Moderna, qui prévoit de déposer une demande d'autorisation d'utilisation de son vaccin pour les 12-17 ans début juin auprès de différents régulateurs mondiaux, montait de 1,94 % en début de séance.

Le bitcoin reprend son souffle

Le marché semblait aussi rasséréné par la stabilisation du bitcoin après un week-end chaotique où le cours de la plus célèbre des cryptomonnaies avait plongé.

Le patron de Tesla, Elon Musk, dont la moindre prise de parole a la capacité de faire fluctuer le cours de la devise virtuelle, a affirmé lundi avoir discuté avec des "mineurs" de bitcoin au sujet de l'empreinte environnementale liée à la création de la cryptomonnaie.

Le bitcoin s'échangeait à environ 37 688 dollars (-0,92 %).

Parmi les valeurs du jour, Lordstown Motors, qui développe un pick-up électrique, plongeait de près de 15 %. Lors de la présentation de ses résultats trimestriels lundi soir, l'entreprise a indiqué qu'elle divisait par deux ses estimations de véhicules produits d'ici à la fin de l'année et qu'elle avait besoin de lever des fonds supplémentaires pour financer ses opérations.

Le patron du groupe, Steve Burns, a expliqué que Lordstown "avait rencontré certaines difficultés, liées notamment au Covid et au secteur automobile".