La Bourse de New York a entamé la séance en hausse, dynamisée par les excellents résultats trimestriels d'Apple et de Facebook la veille et rassurée par la croissance du PIB américain de janvier à mars.

Vers 14H00 GMT, l'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,28 % à 33 914,42 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,40 % à 14 106,59 points et le S&P 500 s'appréciait de 0,56 % à 4 206,41 points.

Les grands indices new-yorkais perdaient toutefois un peu de leur vigueur après une entame de séance sur les chapeaux de roue.

"La manière dont la tech a brillé est vraiment extraordinaire, Apple et Facebook en étant les exemples les plus récents", s'enthousiasme JJ Kinahan, responsable de la stratégie marchés chez TD Ameritrade. "Au total, plus de 80 % des entreprises ayant publié leurs résultats ont dépassé les attentes de Wall Street", indique-t-il.

Avec plus de 26 milliards de dollars de chiffre d'affaires au premier trimestre, dont il a dégagé 9,5 milliards de bénéfice net - quasiment le double d'il y a un an - Facebook a fait bien mieux que prévu. Son titre bondissait de plus de 6% à Wall Street.

Apple, de son côté, a généré 23,6 milliards de dollars de profits, le double d'il y a un an, pour près de 90 milliards de chiffre d'affaires. Son action prenait 0,63 %.

Après la clôture de jeudi, Amazon sera le dernier des géants américains de la tech à publier son bilan financier.

Net recul des inscriptions au chômage

De nombreuses autres entreprises se pliaient à cet exercice trimestriel jeudi, dont les membres du Dow Jones Caterpillar (-1,98 %) et McDonald's (+0,20 %), qui ont tous deux fait mieux que prévu.

Le laboratoire américain Merck, aussi membre du Dow Jones, a en revanche déçu en raison des ventes en recul de certains de ses médicaments avec la baisse des visites chez le médecin depuis le début de la pandémie. Son titre chutait de 4,25 %.

Les acteurs du marché boursier ont aussi pris connaissance avant l'ouverture des chiffres de la croissance américaine au premier trimestre, celle-ci ayant progressé de 6,4% en rythme annualisé, selon les données publiées par le département du Commerce.

Cette hausse, plus forte que les 4,3 % du quatrième trimestre 2020, est conforme aux attentes des analystes et renforce le sentiment d'une reprise économique robuste aux Etats-Unis.

Les demandes d'allocations chômage dans le pays ont, pour leur part, reculé la semaine passée à leur niveau le plus bas depuis la crise sanitaire, avec 553 000 nouvelles inscriptions, a annoncé le département du Travail.

La veille, Wall Street avait suivi l'issue d'une réunion du Comité monétaire de la Réserve fédérale (Fed), qui a laissé inchangée sa politique de soutien à l'économie, ainsi qu'un discours de Joe Biden devant le Congrès au cours duquel le président américain a dit vouloir faire payer les plus riches pour financer un plan d'aide aux familles et à l'éducation.

Les rendements sur les bons du Trésor américain à 10 ans, sensibles à l'inflation, se tendaient de 4 % à 1,68 %. La hausse des prix s'est accélérée à 3,5% en rythme annuel au premier trimestre, selon le département du Commerce jeudi.