Wall Street hésitait à l'ouverture entre les résultats solides des géants de la technologie Amazon et Alphabet et les soubresauts de la fièvre spéculative entourant quelques titres comme GameStop.

Vers 14H50 GMT, l'indice des valeurs vedettes de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,12 % à 30.650,75 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,45 % à 13.674,75 points et l'indice élargi S&P 500 prenait 0,20 % à 3.834,05 points.

Wall Street avait fini mardi en nette hausse pour la deuxième séance de suite, portée par l'espoir de nouvelles mesures de soutien budgétaire et monétaire à l'économie et par l'avancée de la vaccination aux Etats-Unis : le Dow Jones avait progressé de 1,57 %, le Nasdaq de 1,56 % et le S&P 500 de 1,39 %.

La volatilité semble se calmer

"La volatilité qui s'était intensifiée la semaine dernière à cause de l'activisme d'investisseurs particuliers semble continuer à s'estomper", remarquaient les analystes de Charles Schwab.

GameStop, après s'être effondré de 72 % en deux séances, reprenait toutefois un peu de vigueur mercredi (+4,5 %) après l'annonce de la nomination d'un ancien responsable d'Amazon au poste de responsable des technologies.

D'autres titres qui avaient profité de la fronde des boursicoteurs avant de se replier en début de semaine repartaient aussi de l'avant, comme la chaîne de cinémas AMC (+5,8 %) ou celles des magasins pour la maison Bed Bath and Beyond (+4,8 %).

Le géant du commerce en ligne Amazon évoluait près de l'équilibre mercredi (-0,07 %) après avoir indiqué mardi soir qu'il avait dépassé les 100 milliards de chiffre d'affaires trimestriel pour la première fois de son histoire et vu son bénéfice doubler au quatrième trimestre 2020, à 7,2 milliards de dollars.

Le groupe a aussi annoncé que son fondateur Jeff Bezos allait prendre du recul et céder au troisième trimestre le poste de directeur général tout en restant président de son conseil d'administration.

Alphabet, la maison-mère de Google et YouTube, s'envolait de son côté de 7,0 % après avoir fait part d'un bénéfice net en hausse de 50 % sur un an au quatrième trimestre, à 15,2 milliards de dollars.

Bonnes nouvelles sur le front de l'emploi

Les investisseurs étaient aussi rassérénés mercredi par des chiffres encourageants sur l'emploi.

Selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP publiée mercredi, les entreprises privées aux Etats-Unis ont recommencé à créer des emplois en janvier, 174 000 au total, après en avoir détruit en décembre.

Parmi les autres valeurs du jour, Jazz Pharmaceuticals perdait 0,4 % après l'annonce du rachat pour 7,2 milliards de dollars de GW Pharma, spécialisé dans les produits liés au cannabis.

Le groupe pharmaceutique Amgen reculait de 1,8 % après avoir prévenu mardi soir que le Covid-19 allait continuer à avoir un impact sur ses résultats en 2021, notamment en raison de la baisse des visites de routine entre patients et médecins.

L'éditeur de jeux vidéo Electronic Arts (EA) perdait 5,5 % après avoir publié des résultats trimestriels décevants pour la période d'octobre à décembre, qui a notamment vu la sortie de Fifa 2021, l'un de ses jeux stars.