La Bourse de New York a fini en nette hausse mercredi, profitant de la remontée des valeurs technologiques et réagissant de manière positive au choix de Kamala Harris comme colistière du démocrate Joe Biden pour l'élection présidentielle de novembre.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 1,05% à 27.976,69 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a grimpé de 2,13% à 11.012,24 points.

L'indice élargi S&P 500 a lui fini tout proche de son record de février, en hausse de 1,40% à 3.380,35 points.

Des rotations sectorielles de portefeuille au profit de valeurs cycliques (transport aérien, croisiéristes, voyagistes, etc.) et au détriment des valeurs technologiques avaient pesé sur le marché en début de semaine, en particulier sur le Nasdaq.

"Mais elles ne s'appuient pas sur une réalité économique", rappelle Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

"Quand les investisseurs ont acheté les compagnies aériennes ou de croisières lundi et mardi, ce n'était pas parce que l'activité s'améliorait, mais parce qu'ils pensaient que c'était des titres qui avaient beaucoup de retard", ajoute-t-il.

Les acteurs du marché se sont redirigés mercredi sur les grands noms de la tech, qui ont soutenu la Bourse depuis le mois de mars et y pèsent un poids considérable: Amazon est monté de 2,65%, Apple de 3,32%, Microsoft de 2,86% et Alphabet, la maison mère de Google, de 1,80%.

La décision historique du candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden de choisir mardi la sénatrice Kamala Harris, première femme noire colistière aux Etats-Unis, pour défier avec lui Donald Trump le 3 novembre a par ailleurs été bien reçue par le marché.

"C'est un choix qui ramène plutôt vers le centre le parti démocrate", explique M. Volokhine, qui rappelle que la sénatrice de Californie "n'a jamais semblé anti-business. Ce n'est pas le genre de personnalité à la Elizabeth Warren", la sénatrice du Massachusetts dont le nom avait été cité dans la presse, pourfendeuse de Wall Street.

Autre facteur d'optimisme pour les investisseurs: l'annonce mardi soir par Donald Trump d'un contrat de 1,5 milliard de dollars pour la livraison de 100 millions de doses du vaccin expérimental de la biotech américaine Moderna, le sixième contrat de ce genre depuis mai.

L'action de Moderna est montée de 0,80% à Wall Street.

Au rang des indicateurs de mercredi, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,6% en juillet, comme en juin mais plus qu'attendu, selon l'indice CPI publié par le département du Travail.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 0,6664% vers 20H15 GMT contre 0,6415% mardi soir.