Vers 14H10 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, prenait 0,39% à 27.885,04 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,09% à 11.201,05 points après avoir débuté dans le vert.

L'indice élargi S&P 500 montait de 0,05% à 3.391,63 points.

La Bourse de New York avait emmené le S&P 500 (+0,23%) à un niveau jamais atteint auparavant mardi, effaçant ainsi complètement les pertes subies par l'indice au début de la propagation de la pandémie aux Etats-Unis. Le Nasdaq avait gagné 0,73%, terminant aussi à un niveau inédit, tandis que le Dow Jones avait lâché 0,24%.

"Le rebond de plus de 50% des indices depuis le 23 mars doit beaucoup à la banque centrale américaine et au Congrès" qui ont mis des milliers de milliards de dollars sur la table pour soutenir l'économie, rappelle JJ Kinahan de TD Ameritrade.

"Certains analystes disent maintenant qu'on pourrait entrer dans une phase d'attente jusqu'à ce que soit annoncée un nouveau programme d'aides à Washington", a-t-il ajouté.

En attendant, les indices profitaient mercredi des résultats supérieurs aux attentes de la chaîne de supermarchés Target (+10,81%) et du spécialiste des articles pour la maison et pour le bricolage Lowe's (+0,75%). Comme les chiffres dévoilés par Walmart et Home Depot mardi, ils ont profité du fait que les consommateurs ont passé beaucoup de temps à la maison en plein confinement.

Plus tard dans la journée sera diffusé le compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

Sans surprise, l'institution monétaire avait alors annoncé qu'elle maintenait ses taux dans une fourchette de 0 à 0,25%.

"Si la plupart des grandes banques centrales optent actuellement pour le statu-quo, c'est de la Fed dont on attend qu'elle soit la prochaine à décider d'assouplir encore plus sa politique monétaire pour soutenir l'économie", remarque Karl Haeling de LBBW.

Parmi les valeurs du jour, le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson (J&J) prenait 0,42% après avoir annoncé qu'il allait racheter la société spécialisée dans les maladies auto-immunes Momenta pour 6,5 milliards de dollars en espèces, ou 79% de plus que le prix de clôture de mardi. Momenta bondissait de 69,35%.

Une décision de justice pourrait déterminer mercredi ou jeudi si Uber (-0,03%) et son concurrent Lyft (+1,83%) doivent immédiatement requalifier leurs travailleurs indépendants en salariés en Californie, ce qui conduirait à une interruption de leurs services dès vendredi dans l'Etat.

Oracle (+0,91%) a recu le soutien du président américain pour l'éventuel rachat des activités de TikTok aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Selon l'agence Bloomberg, le groupe co-fondé par Larry Ellison, qui a levé des millions de dollars de fonds pour la campagne de Donald Trump, est désormais aussi sur les rangs, comme Microsoft (-0,38%), pour acheter l'application.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,6525% contre 0,6687% lundi soir.