La Bourse de New York, qui a brièvement hésité à l'ouverture vendredi après le très décevant rapport sur l'emploi américain, évoluait dans le vert car ces chiffres médiocres éloignent le spectre de l'inflation et d'une hausse des taux d'intérêt. Vers 14H00 GMT, l'indice Dow Jones grimpait de 0,40 % après un record la veille. Le Nasdaq accélérait de 1,14 % et le S&P 500 avançait de 0,44 %.

A Wall Street jeudi, l'indice des valeurs vedettes Dow Jones avait avancé de 0,93 % à 34.548,53 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, avait terminé à 13.632,84 points en hausse de 0,37 %. Le S&P 500 avait grimpé de 0,82 % à 4.201,62 points.

L'économie des Etats-Unis n'a créé que 266.000 emplois en avril, bien loin du million attendu par les analystes, selon le ministère du Travail. Le taux de chômage a augmenté d'un dixième de point de pourcentage à 6,1 % quand les analystes le voyaient reculer à 5,8 %.

Les prévisionnistes s'interrogeaient: "c'est un rapport vraiment bizarre, il n'y a pas de doute. Attendons le mois prochain", a déclaré à l'AFP, JJ Kinahan, stratégiste en chef sur les marchés pour TD Ameritrade.

"C'est très difficile pour les analystes d'apprécier un tel chiffre car les Etats rouvrent tous à des rythmes très différents", a-t-il justifié.

Pour l'instant, ces gains d'emplois médiocres en avril au regard des attentes étaient vus par les investisseurs comme un signe que "la reprise économique n'est pas aussi brillante que prévu ce qui tempère les possibilités d'une surchauffe" et donc d'une hausse d'intérêt ou d'un changement de cap de la politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed), a souligné M. Kinahan.

Des taux d'intérêt proches de zéro, comme ils le sont depuis le déclenchement de l'épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis il y a un peu plus d'un an, favorisent les investisseurs à Wall Street qui trouvent plus de profits dans les actions que les obligations.

Les taux obligataires sur les bons du Trésor à 10 ans dégringolaient à 1,5276 % contre 1,5696 la veille.