Wall Street était en baisse à l'ouverture jeudi, lestée par le regain d'inquiétudes autour du coronavirus chinois avec la forte hausse du nombre de contaminations.

Vers 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,37% à 29.441,78 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 0,40%, à 9.686,86 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, lâchait 0,27% pour terminer à 3.370,28 points.

Les principaux indices de la Bourse new-yorkaise avaient atteint des niveaux inédits mercredi, les acteurs du marché se montrant moins inquiets des conséquences économiques de l'épidémie de pneumonie virale: le Dow Jones avait pris 0,94%, le Nasdaq s'était apprécié de 0,90% et le S&P 500 de 0,65%.

Selon Patrick O'Hare de Briefing, le repli du début de séance jeudi était surtout causé par "l'anxiété autour du bond du nombre de décès et de cas de contaminations."

La Commission nationale (ministère) de la Santé chinoise a annoncé jeudi 15.152 nouveaux cas et 254 décès supplémentaires. Il s'agit, de loin, des plus fortes augmentations journalières depuis le début de la crise en décembre dans le chef-lieu de la province du Hubei (centre), Wuhan.

"Le vrai problème est qu'il devient de plus en plus clair que la Chine -- la deuxième plus grande économie mondiale -- va être durement affectée par le coronavirus et pourrait ne pas rebondir aussi vite qu'anticipé", estime M. O'Hare.

"Cette possibilité a des conséquences pour l'économie mondiale, ce qui pousse les investisseurs à se dire que les marchés se sont montrés trop complaisants", ajoute l'expert.

Au rang des indicateurs, l'inflation mensuelle aux Etats-Unis a légèrement ralenti son rythme de croissance en janvier, à +0,1%, contre +0,2% en décembre, selon l'indice CPI publié jeudi par le département du Travail.

Le nombre de demandeurs d'allocation-chômage a lui un peu augmenté, à 205.000 personnes contre 203.000 la semaine précédente, selon les chiffres du département du Travail. Cette hausse reste toutefois inférieure aux prévisions des analystes.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en repli, s'établissant à 1,612% contre 1,633% la veille à la clôture.