Vers 14H00 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,14% à 27.805,26 points après avoir démarré en territoire positif.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,38% à 11.172,25 points.

L'indice élargi S&P 500 montait de 0,15% à 3.386,94 points après avoir grimpé jusqu'à 3.394,99 points, un niveau jamais atteint auparavant en séance.

Wall Street avait terminé en ordre dispersé lundi, le Dow Jones lâchant 0,31% tandis que le Nasdaq gagnait 1,00% et atteignait un nouveau record grâce aux grands noms de la technologie, dans un marché aux échanges limités en plein été.

Mardi, "le marché digère les résultats optimistes de plusieurs grands groupes de distribution", remarquent les analystes de Charles Schwab.

Grâce à des consommateurs au pouvoir d'achat soutenu par les aides du gouvernement et qui, coincés à la maison, ont acheté plus de nourriture, de produits de divertissement et se sont lancés dans des travaux domestiques, le géant des supermarchés Walmart et l'enseigne de bricolage et d'aménagement de la maison Home Depot ont dévoilé des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Walmart, qui a aussi reconnu que les effets du soutien gouvernemental commencaient en juillet à s'estomper et qui a prévenu que les dépenses pour la rentrée allaient être compliquées, reculait de 0,4% tandis que Home Depot lâchait 0,7%.

'Raisonnables' 

Autre signe optimiste sur la santé financière des ménages américains: les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont augmenté de 22,6% en juillet par rapport au mois de juin, un troisième mois de forte hausse après la chute liée au confinement.

Toutefois, remarquent aussi les analystes de Charles Schab, "les gros titres aux Etats-Unis restent dominés par les tensions élevées entre les Etats-Unis et la Chine, l'incapacité des parlementaires à se mettre d'accord sur un nouveau plan de soutien à l'économie et les craintes liées au Covid-19".

Un accord sur de nouvelles aides du gouvernement est à portée de main si les responsables démocrates sont prêts à être "raisonnables", a affirmé le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans une interview sur la chaîne financière CNBC.

Les pommes de discorde restent toutefois nombreuses, à commencer par le montant des aides à accorder aux chômeurs ou aux collectivités locales.

Parmi les autres valeurs du jour, le constructeur de véhicules électriques Tesla montait encore de 1,7% après avoir déjà pris plus de 33% au cours des quatre séances précédentes.

Déjà populaire chez les investisseurs, le groupe a récemment annoncé qu'il allait fractionner son action par cinq à la Bourse de New York pour rendre le titre, qui évolue actuellement à plus de 1.800 dollars, plus accessible aux salariés de l'entreprise et aux actionnaires.

Amazon, qui a annoncé la création de 3.500 emplois de bureaux supplémentaires dans six grandes villes aux Etats-Unis, montait de 3,2%.

Oracle grimpait de 4,0%. Selon l'agence Bloomberg, le groupe informatique est aussi sur les rangs, comme Microsoft, pour racheter les opérations américaines de l'application TikTok.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,6768% contre 0,6882% lundi soir.