La Bourse de New York progressait mercredi en début de séance après un nombre d'emplois privés créés en juin aux Etats-Unis jugé satisfaisant, et des développements encourageants dans la recherche d'un vaccin contre le coronavirus.

Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average montait de 0,38% à 25.911,55 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,11% à 10.070,14 points.

L'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, gagnait 0,37% à 3.111,89 points.

Wall Street avait achevé mardi son meilleur trimestre en plus de deux décennies: d'avril à juin, le Dow Jones a grimpé de près de 18% et le Nasdaq de 31%.

Les entreprises privées aux Etats-Unis ont créé 2,4 millions d'emplois en juin, dans une économie qui rouvre progressivement, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP publiée mercredi.

S'il est inférieur aux attentes (+3,75 millions) et en baisse par rapport au mois précédent après la révision des données du mois de mai (+3,07 millions contre -2,7 millions précédemment), ce chiffre a été plutôt bien accueilli par les investisseurs.

"L'embauche parmi les petites entreprises s'accélère au mois de juin", a souligné Ahu Yildirmaz, co-directeur de l'ADP Research Institute, cité dans un communiqué.

Par ailleurs, les acteurs du marché réagissaient à la publication par le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer de résultats positifs d'un essai clinique de phase précoce sur un vaccin contre le coronavirus.

Selon des résultats préliminaires, les patients ayant reçu une dose de 10 ou de 30 microgrammes du vaccin ont développé au 28e jour du traitement des anticorps neutralisants, cruciaux pour se protéger du virus.

Cet essai a été réalisé en partenariat avec la société allemande BioNTech auprès de 45 patients, ayant chacun reçu des doses de 10, 30 ou 100 microgrammes.

Le titre de Pfizer montait de près de 4% dans les premiers échanges à Wall Street.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine grimpait, s'établissant à 0,6955% contre 0,6561% mardi soir.

© AFP