Wall Street progressait à l'ouverture vendredi, portée par un rapport sur l'emploi aux Etats-Unis de bonne tenue, le chômage tombant à son niveau le plus bas en près d'un demi-siècle.

  • Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,60%, à 26.358,59 points, vers 13H45 GMT.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,60%, à 7.919,60 points, et l'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,54%, à 2.926,40 points.
  • La Bourse new-yorkaise avait fini en hausse jeudi, les acteurs financiers étant de plus en plus nombreux à prévoir un abaissement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine: le Dow Jones avait gagné 0,47% et le Nasdaq 1,12%.

Les créations d'emplois aux Etats-Unis sont restées solides en septembre et le nombre enregistré en août a été révisé en forte hausse, permettant de faire tomber le taux de chômage à 3,5%, son plus bas niveau depuis décembre 1969, a annoncé vendredi l'administration Trump.

"Un des enseignements clefs est que le taux de chômage, au plus bas en 50 ans, va représenter un facteur politique favorable à l'administration à court terme", note Patrick O'Hare, de Briefing.

Le président américain, Donald Trump, s'est d'ailleurs fendu d'un tweet ironique dès la publication du rapport pour se féliciter des bons chiffres du chômage.

"Le taux de chômage, à 3,5%, tombe à SON PLUS BAS EN 50 ANS. Whoua l'Amérique, destituons ton président (même s'il n'a rien fait de répréhensible!)", a écrit M. Trump, en référence à la procédure de destitution dont il fait l'objet.

Les 136.000 emplois créés le mois dernier par l'économie américaine sont toutefois inférieurs aux attentes des analystes.

"Globalement, ces données offrent quelque chose pour tout le monde", estime Ian Shepherdson, économiste en chef de Pantheon Macroeconomics. "Les investisseurs optimistes pourront se référer au taux de chômage, les pessimistes mettront en avant le salaire horaire moyen (qui a quasiment stagné) et les indécis se tourneront vers le nombre décent de créations d'emplois".

Ainsi pour Chris Low, de FTN Financial, ce rapport est "un peu meilleur que prévu mais pas encore très bon".

"Les créations d'emplois ralentissent, l'augmentation des salaires stagne et la perte de vitesse observée dans les indices ISM (sur l'activité dans les secteurs manufacturier et non-manufacturier publiés mardi et jeudi, NDLR) est confirmée".

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine se stabilisait, à 1,534%.