Wall Street montait mardi peu après l'ouverture, les investisseurs se montrant optimistes sur une réouverture prochaine de l'économie américaine et digérant une salve de résultats trimestriels.

Vers 13H55 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, prenait 1,22%, à 24.427,19 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,60% à 8.782,14 points.

L'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s'appréciait de 1,17% à 2.912,28 points.

La Bourse de New York avait progressé lundi, abordant avec espoir le redémarrage de la première économie mondiale, à l'arrêt en raison de la crise liée au nouceau coronavirus: le Dow Jones était monté de 1,51% et le Nasdaq de 1,11%.

La bonne santé affichée par les grands indices new-yorkais en début de semaine venait en partie du sentiment, chez de nombreux acteurs du marché, que l'activité économique pourrait reprendre progressivement aux Etats-Unis.

Les analystes restaient toutefois prudents face à cet enthousiasme.

"Toutes ces discussions sur une réouverture de l'économie dans certains Etats, mais pas dans d'autres, soulèvent des interrogations et pourraient, d'une certaine façon, rendre les choses plus confuses qu'elles ne le sont déjà", prévient JJ Kinahan de TD Ameritrade.

Plusieurs membres du Dow Jones ont par ailleurs publié leurs résultats avant l'ouverture de la Bourse mardi.

Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a réaffirmé ses objectifs financiers annuels et exclu toute pénurie de médicaments malgré la pandémie de coronavirus, mais il a vu son bénéfice net reculer sur un an. Son titre baissait de 1,59%.

Son concurrent Merck n'a pas non plus anticipé de pénurie, mais a prévenu que les mesures de confinement et de distanciation sociale pour endiguer la propagation du Covid-19 allaient affecter ses résultats financiers pour 2020. Son action chutait de 4,16%.

Le fabricant américain d'engins de chantier et de construction Caterpillar (-0,40%), souvent considéré comme un des baromètres de la croissance mondiale, a lui confirmé que la pandémie allait peser sur ses résultats annuels mais est parvenu à limiter les dégâts entre janvier et mars.

Le groupe américain 3M, qui fabrique des masques de protection N95 très recherchés pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, a vu son bénéfice net trimestriel flamber de 45%, s'établissant à 1,29 milliard de dollars, grâce notamment à la hausse de la demande pour ses équipements médicaux. Son titre grimpait de 4,36%.

Boeing, Facebook, Microsoft, Apple et Amazon feront part de leur bilan de santé trimestriel dans la semaine.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américain réculait, évoluant à 0,6318% contre 0,6605% lundi soir..