La Bourse de New York montait à l'ouverture mercredi, encouragée par des informations de presse affirmant que la Chine était disposée à parvenir à un accord commercial partiel avec les Etats-Unis: le Dow Jones gagnait 0,63% et le Nasdaq 0,90%.

  • Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,58%, à 26.316,60 points, vers 13H50 GMT.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,84%, à 7.889,54 points, et l'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,70%, à 2.913,42 points.

Wall Street avait terminé nettement dans le rouge mardi, les investisseurs craignant que l'annonce de nouvelles sanctions américaines à l'encontre d'entités chinoises ne puisse contrarier les négociations commerciales entre Washington et Pékin qui doivent reprendre jeudi: le Dow Jones Industrial Averagen avait lâché 1,19% et le Nasdaq 1,67%.

Mais mercredi, "le marché des actions se redresse après des informations suggérant que la Chine souhaite toujours conclure au moins un accord commercial partiel avec les Etats-Unis, et ce en dépit du fait que les Etats-Unis ont mis (mardi) sur liste noire certaines entreprises de technologie chinoises", remarquent les analystes de Charles Schwab.

Citant un responsable chinois proche des négociations, l'agence de presse Bloomberg a en effet rapporté mercredi que Pékin n'espérait pas vraiment parvenir à un grand accord permettant de résoudre la guerre commerciale dans laquelle sont engagées les deux premières puissances économiques mondiales depuis plus d'un an.

Mais les Chinois accepteraient un accord limité si le président américain Donald Trump renonçait aux tarifs douaniers supplémentaires qu'il a menacé de mettre en oeuvre d'ici la fin de l'année. Pékin serait prêt en échange à quelques concessions comme la reprise à grande échelle de commandes de produits agricoles.

"La simple idée d'un accord partiel excite le marché"

Même si un tel épilogue ne permettrait pas de régler les contentieux de fond comme la problématique de la propriété intellectuelle, "la simple idée d'un accord partiel excite le marché, qui pensait encore (mardi) qu'on ne parviendrait à aucun accord cette semaine", estime Patrick O'Hare de Briefing.

Les investisseurs surveilleront par ailleurs la diffusion en cours de séance du compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale américaine, qui avait mi-septembre décidé d'une légère baisse des taux d'intérêt, la deuxième en deux mois. Ils sont à l'affût de tout signal sur les intentions de l'institution.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 1,560% contre 1,529% à la clôture mardi.