Vers 13H45 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,39% à 27.642,45 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,55% à 10.979,71 points.

L'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées à Wall Street, montait de 0,44% à 3.353,99 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le rouge jeudi après voir effacé l'ensemble de ses gains du début de séance en raison, notamment, d'un nouveau repli des grands noms de la Silicon Valley: le Dow Jones avait cédé 1,45% et le Nasdaq avait reculé de 1,99%.

"La triste vérité, c'est qu'il n'y a pas d'explication convaincante à la hausse des grands indices à l'ouverture au lendemain d'une forte baisse, qui avait succédé à une forte hausse, qui avait elle-même succédé à une forte baisse", résume Patrick O'Hare de Briefing.com.

"L'orientation à la hausse est sans doute plus liée à celle des valeurs technologiques qu'à tout autre facteur", note M. O'Hare.

Apple (+0,04%), Amazon (+0,35%), Microsoft (+0,63%) et Facebook (+0,65%) progressaient légèrement en début de séance new-yorkaise. En revanche, Alphabet, la maison-mère de Google et YouTube, abandonnait 0,07%.

Tesla, qui a connu mardi sa pire séance boursière depuis son entrée à Wall Street, continuait sa remontée et gagnait 0,69%.

Les principaux indices de la Bourse de New York s'apprêtaient toutefois à enregistrer leur deuxième repli hebdomadaire consécutif.

Au rang des indicateurs, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont progressé de 0,4% en août, un rythme un peu ralenti par rapport à celui de juillet, mais supérieur aux attentes, selon l'indice CPI publié vendredi par le département du Travail.

Les analystes attendaient une hausse de 0,3%.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,6756% contre 0,6772% jeudi soir.