Wall Street progressait à l'ouverture mardi, les acteurs du marché ne semblant pas trop s'inquiéter face à la progression du coronavirus chinois.

  • Vers 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,33% à 29.372,40 points.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,50%, à 9.676,94 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s'appréciait de 0,46% à 3.367,56 points

La Bourse de New York avait terminé dans le vert lundi, poussée par plusieurs valeurs technologiques: le Dow Jones avait gagné 0,60%, tandis que le Nasdaq (+1,13%) et le S&P 500 (+0,73%) ont franchi de nouveaux records.

Malgré les inquiétudes persistantes autour de l'épidémie de nouveau coronavirus, le marché gardait son calme en début de journée, espérant finir dans le vert pour la sixième fois en sept séances.

"La résilience du marché semble moins se fonder sur ce qu'on sait de l'ampleur des dégâts économiques causés par le nouveau virus que sur la réponse rapide qu'on observe face à la crise", selon Art Hogan de National.

Le bilan de l'épidémie a franchi mardi la barre des 1.000 morts et pour l'OMS, qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmissions hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.

Devant des parlementaires américains, le président de la Réserve fédérale Jerome Powell a assuré mardi suivre de près les développements liés à l'épidémie qui pourrait, selon lui, "entraîner des perturbations en Chine avec des répercussions sur le reste de l'économie mondiale."

Le patron de la Fed a toutefois dressé un tableau rassurant de l'économie américaine, estimant que la politique monétaire actuelle de la Banque centrale américaine, qui laisse ses taux inchangés après trois baisses consécutives, était adaptée.

Selon Patrick O'Hare de Briefing, les politiques monétaires américaine et chinoise étaient de nature à rassurer les marchés.

"La Chine devrait se montrer favorable à des mesures de relance pour soutenir son économie qui est au point mort", indique l'expert.

"La Réserve fédérale devrait, elle, continuer à se montrer disposée à une politique monétaire plutôt accommodante étant donné que l'épidémie de coronavirus dans la deuxième plus grande économie mondiale fait peser un risque à la baisse sur les perspectives économiques américaines", poursuit M. O'Hare.

Sur le marché obligataire, le taux de la dette américaine à 10 ans était en hausse, s'établissant à 1,580% contre 1,570% lundi à la clôture.