Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,71% à 28.137,75 points.

Le Nasdaq montait de 0,87% à 11.239,03 points et l'indice élargi S&P 500 prenait 0,58% à 3.418,43 points.

La Bourse de New York était repartie de l'avant mercredi après trois séances de baisse notamment marquées par la dégringolade de plusieurs géants de la Silicon Valley: le Dow Jones avait progressé de 1,60% et le Nasdaq s'était apprécié de 2,71%.

"Ce que tout le monde attend de voir, c'est si le marché boursier ressent le besoin de poursuivre son mouvement de rebond", avance Patrick O'Hare de Briefing.com.

"Pour le moment, les choses se présentent plutôt bien pour les entreprises avec une énorme capitalisation boursière et pour le Nasdaq. Comme on le voit, la situation a l'air plutôt correcte sur l'ensemble du marché", poursuit-il.

Déjà en hausse la veille, Apple (+1,22%), Amazon (+1,54%) ou encore Tesla (+4,25%) évoluaient dans le vert en début de séance.

Toutefois, selon Art Hogan de National Securities, "il reste de nombreux facteurs à court terme qui pourraient rendre les investisseurs nerveux et le marché volatil".

L'expert mentionne notamment la guerre technologique entre les Etats-Unis et la Chine, les nombreuses incertitudes autour de l'élection présidentielle américaine de novembre ainsi que la rentrée scolaire menacée par les risques de propagation du nouveau coronavirus.

"Il est probable que la volatilité soit la norme et non l'exception cet automne avec un nombre égal de vents contraires et de vents favorables", estime M. Hogan.

Au rang des indicateurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont restées stables aux Etats-Unis par rapport à la semaine précédente, mais sont supérieures aux attentes des analystes, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Du 30 août au 5 septembre, 884.000 personnes se sont inscrites au chômage, comme la semaine précédente, les données ayant été revues à la hausse. Les analystes tablaient sur 813.000 nouvelles demandes.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine progressait à 0,7066% contre 0,7001% mercredi soir.