• Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,25% à 28.373,39 points vers 13H50 GMT.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,36% à 11.405,52 points et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,44% à 3.434,54 points.

Wall Street était nettement repartie de l'avant mercredi, accueillant avec enthousiasme la volte-face partielle de Donald Trump, qui s'est dit favorable à des mesures de soutien au secteur aérien et aux ménages américains après avoir pourtant décidé d'interrompre les négociations budgétaires: le Dow Jones avait grimpé de 1,91% et le Nasdaq de 1,88%.

"Certains diront que c'est lié aux attentes d'une aide budgétaire", commente Patrick O'Hare pour justifier la hausse du début de séance jeudi.

A défaut d'un plan global et immédiat, les acteurs du marché pourraient pour l'heure se contenter de mesures de soutien rapide pour soulager les secteurs les plus durement frappés par la crise liée à la pandémie.

Une autre raison possible au bon démarrage de Wall Street, selon M. O'Hare, est qu'"il s'agit d'une position politique avec l'idée que le résultat de l'élection (présidentielle du 3 novembre, nldr) ne sera pas contesté et que, quel que soit ce résultat, des mesures seront prises pour offrir d'avantage d'aide budgétaire."

Parmi les valeurs du jour, le titre de Regeneron progressait de 1,51%. Mercredi, soir, le laboratoire américain a fait une demande d'autorisation en urgence pour un traitement aux anticorps de synthèse contre le Covid-19 que Donald Trump a reçu la semaine dernière après avoir été contaminé.

L'action d'IBM montait de 6,63%. Le géant de l'informatique va scinder ses activités de gestion d'infrastructures en une société cotée pour se concentrer pour sa part sur le "cloud" ou l'informatique dématérialisée, a annoncé le groupe dans un communiqué jeudi.

Le titre de McDonald's glanait 0,22%. Le géant américain du fast-food a indiqué jeudi que ses ventes aux Etats-Unis, à nombre de magasins comparables, étaient reparties à la hausse au troisième trimestre après un fléchissement au plus fort de la pandémie.

L'action d'Eaton Vance s'envolait de plus de 46%. La banque d'affaires américaine Morgan Stanley (-1,07%) a annoncé jeudi qu'elle allait racheter pour 7 milliards de dollars ce gestionnaire d'actifs, une transaction destinée à renforcer ses activités de gestion de fortune et d'investissement.

Au rang des indicateurs de jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement reculé la semaine passée aux Etats-Unis, une baisse modeste qui suggère que le marché du travail continue à éprouver des difficultés à se remettre du choc provoqué par la pandémie de coronavirus, selon les chiffres publiés par le département du Travail.