Wall Street progressait à l'ouverture vendredi, les investisseurs conservant leur optimisme au début d'une des dernières séances de l'année.

  • Vers 14H45 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s'appréciait de 0,26%, à 28.695,94 points.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,23%, à 9.042,76 points, et l'indice élargi S&P 500 montait de 0,21%, à 3.246,57 points.

Les principaux indices de la Bourse de New York avaient battu leurs records jeudi, poursuivant leur tendance haussière des dernières semaines et dopés par la bonne santé d'Amazon: le Dow Jones était monté de 0,38%, à 28.621,39 points, et le Nasdaq de 0,78%, à 9.022,39 points, dépassant pour la première fois le seuil symbolique des 9.000 points.

Pour Patrick O'Hare, de Briefing, "rien ne semble importuner le marché et tout est interprété sous un angle positif".

"Il n'y a pas de nouvelle particulière pour expliquer la hausse de ce matin. Certains pourraient l'attribuer au fait que la Chine a fait état d'une croissance plus importante que prévu de ses profits industriels pour novembre mais, en vrai, tout se résume à la dynamique du moment", ajoute l'analyste.

Un climat plus apaisé

Les grands indices de la place new-yorkaise ont en effet franchi des niveaux inédits à de multiples reprises ces dernières semaines, profitant notamment d'un climat plus apaisé sur le front commercial sino-américain.

Les Etats-Unis et la Chine ont confirmé début décembre être parvenus à un accord préliminaire, qui doit encore être signé par les deux parties. Le président américain, Donald Trump, a assuré que la ratification aurait lieu très prochainement.

Le bras de fer commercial dans lequel sont engagées les deux premières économies mondiales depuis près de deux ans, à coup de surtaxes douanières réciproques, pèse lourdement sur la croissance mondiale.

La séance de vendredi marquait par ailleurs le troisième jour du "Rallye du Père Noël", à savoir la traditionnelle hausse des indices boursiers lors des cinq dernières séances de décembre et des deux premières de janvier, à une période où les échanges sont généralement limités.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en recul, s'établissant à 1,877% contre 1,894% la veille à la clôture.