Wall Street a ouvert en nette hausse, tâchant de rebondir après sa pire semaine en trois mois dans un marché déstabilisé par une fièvre spéculative, qui a notamment fait s'envoler GameStop. 

Vers 15H00 GMT, l'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,27% à 30.062,08 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,79% à 13.174,03 points et l'indice élargi S&P 500 prenait 0,48% à 3.732,22 points.

La semaine dernière, les trois grands indices boursiers avaient tous chuté de plus de 3%.

L'incroyable hausse depuis plusieurs séances du titre de GameStop, soutenu par une armée de petits porteurs, a donné des sueurs froides au marché.

Ces boursicoteurs sont en croisade contre certains grands fonds d'investissement spéculatifs de Wall Street, qui avaient parié à la baisse sur cette entreprise, jugeant sa situation financière précaire et ses perspectives de croissance moroses.

Si l'action de la chaîne magasins de jeux vidéo était en repli de 13% lundi matin, elle demeurait au centre des conversations.

"La valeur boursière de GameStop correspond à environ 1% de celle d'Apple et à une fraction encore plus infime de la valeur totale de la Bourse, mais c'est pourtant elle qui retient l'attention de 100% du marché", remarque Patrick O'Hare de Briefing.

"Même quand l'actualité n'est pas spécifiquement liée à GameStop, on voit arriver des variantes de ce qui s'est passé avec GameStop. C'est le cas aujourd'hui avec l'argent, qui est visiblement poussé par les internautes du site Reddit", ajoute l'expert.

Le plan de relance américain raboté ?

Le cours du métal s'envolait en effet lundi, passant même les 30 dollars l'once pour la première fois en huit ans, après avoir fait l'objet d'innombrables discussions sur le populaire forum WallStreetBets de Reddit.

Les investisseurs et les courtiers observaient par ailleurs les développements autour du plan de sauvetage aux Etats-Unis voulu par le nouveau président américain Joe Biden.

Dix sénateurs républicains ont annoncé dimanche avoir proposé à M. Biden un plan alternatif de 600 milliards de dollars, moins que le montant souhaité par le locataire de la Maison Blanche.

La semaine à Wall Street sera également animée par de très nombreux résultats d'entreprises.

Parmi les grands noms de la cote new-yorkaise à faire part de leur bilan de santé trimestriel, Amazon et Alphabet (Google, YouTube), ExxonMobil et Pfizer se plieront à cet exercice mardi.