Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, qui évoluait à son plus bas niveau en un peu plus d'un mois, baissait de 1,65% à 27.010,56 points vers 13H45 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 1,99% à 11.204,42 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 1,87% à 3.327,34 points.

"Le malaise du marché mondial s'intensifie concernant les implications économiques des réponses à la hausse persistante des nouveaux cas de Covid-19 aux États-Unis et en Europe", ont souligné les analystes de Schwab.

La veille, Wall Street, après un lundi déjà dans le rouge, était restée en mode d'attente: le Dow Jones Industrial Average avait reculé de 0,80%, le Nasdaq s'était en revanche apprécié de 0,64%. L'indice élargi S&P 500 avait baissé de 0,30%.

"Les investisseurs sont aux prises avec trois principaux vents contraires", a résumé Art Hogan, économiste pour National: "l'accroissement des cas de Covid-19 avec une moyenne de 70.000 nouveaux cas par semaine pour la première fois (...), le fait qu'on n'a pas eu de relance budgétaire et enfin l'incertitude de l'élection présidentielle".

"Les hospitalisations liées au Covid-19 ont grimpé d'au moins 10% la semaine dernière dans 32 Etats" américains, a encore souligné l'analyste.

Les investisseurs allaient digérer également une salve de résultats dont ceux de Boeing, qui a annoncé 7.000 nouvelles suppressions d'emplois en 2021 soit un total de 30.000 depuis le début de l'année. Le titre de l'avionneur perdait 2,82%.

Les grands titres de la tech glissaient comme Amazon (-2%), Apple (-2,30%) Facebook (-3,17%) et Tesla (-3%).

Mercredi, les Bourses mondiales étaient aussi sous pression, les investisseurs craignant des tours de vis supplémentaires en Europe, dans les mesures sanitaires, pour enrayer l'épidémie.