• Vers 14H05 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, cédait 2,05% à 27.556,41 points.
  • Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'enfonçait de 2,66% à 11.012,07 points.
  • L'indice élargi S&P 500 reculait de 2,05% à 3.356,56 points.

La Bourse de New York avait plongé en fin de semaine dernière, connaissant un coup d'arrêt brutal après plusieurs semaines de forte hausse: de lundi à vendredi, le Dow Jones avait perdu 1,82% et le Nasdaq 3,27%.

"Si vous pensiez que la baisse de la tech la semaine dernière n'était qu'un tressaillement du marché avant le week-end de trois jours, mardi matin sonne comme un douloureux rappel à la réalité", observe JJ Kinahan, responsable de la stratégie marché pour TD Ameritrade.

Parmi les piliers de la Silicon Valley, Amazon reculait de 2,90%, Apple de 2,30%, Facebook de 3,59% et Alphabet (la maison mère de Google et Youtube) de 2,07%.

Tesla dégringolait pour sa part de plus de 17%. Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme, qui a connu une ascension fulgurante à Wall Street ces derniers mois, semblait notamment pâtir de sa non-admission au sein du prestigieux S&P 500 vendredi dernier.

"Une chose que les investisseurs ne doivent pas faire c'est de paniquer", conseille toutefois M. Kinahan.

"Si on regarde où on en est en ce moment et qu'on prend un peu de hauteur, on se rend compte qu'on est revenus au niveau du 20 août", rappelle l'expert.

Les acteurs du marché observaient par ailleurs avec appréhension les tensions toujours vives entre Washington et Pékin.

Les Etats-Unis ont accusé mardi la Chine de "menacer" et "harceler" les journalistes étrangers après la décision de Pékin de geler les accréditations de médias américains.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,6657% contre 0,7180% vendredi soir.