L'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average, est monté de 0,76% à 30.211,91 points et l'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 1,61% à 3.773,86 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a progressé encore plus nettement, gagnant 2,55% à 13.403,39 points.

Les grands indices new-yorkais avaient tous chuté de plus de 3% la semaine dernière.

"La demande va remonter, l'économie devrait connaître un quatrième trimestre spectaculaire et les résultats des grandes entreprises cotées vont sans doute être supérieurs aux attentes", a listé Maris Ogg de Tower Bridge Advisors pour justifier l'optimisme du marché lundi.

"Ces facteurs positifs ne vont pas être submergés par des épisodes passagers", prédit l'experte, en référence à la frénésie d'achats spéculatifs qui a déstabilisé la Bourse new-yorkaise ces dernières séances.

Les milieux financiers sont d'ailleurs restés vigilants lundi aux mouvements de plusieurs actions ayant connu de brusques envolées la semaine dernière, dont le vendeur de jeux vidéo GameStop.

Cette entreprise et plusieurs autres ont bénéficié du soutien massif d'investisseurs amateurs, résolus à lutter contre de grands fonds d'investissement ayant eux parié à la baisse sur ces groupes.

L'action de GameStop s'est vivement repliée lundi, chutant de près de 31%.

Mais l'attention des boursicoteurs semblait déjà s'être portée sur d'autres actifs, notamment l'argent, l'once du métal précieux ayant touché dans la journée son plus haut en huit ans.

Après cette envolée, l'agence américaine en charge des échanges sur les matières premières, la CFTC, a assuré qu'elle observait "de près l'activité récente sur le marché de l'argent" et qu'elle restait "vigilante pour surveiller ce marché en cas de fraude et de manipulation".

Wall Street a aussi suivi la poursuite des discussions sur le plan de sauvetage de l'économie américaine.

La Maison Blanche a opposé une fin de non-recevoir à la proposition d'un groupe de républicains modérés souhaitant diviser par trois le montant des mesures d'urgence voulues par le président Joe Biden.

Parmi les valeurs du jour, Ford a gagné 2,85% après avoir annoncé un contrat de six ans avec Google, qui fournira au constructeur automobile ses services d'informatique à distance pour moderniser ses usines et pour équiper ses véhicules connectés.

Le reste de la semaine à Wall Street sera rythmé par de nombreux résultats d'entreprises.

Parmi les grands noms de la cote new-yorkaise à faire part de leur bilan de santé trimestriel, Amazon et Alphabet (Google, YouTube), ExxonMobil et Pfizer se plieront à cet exercice mardi.