Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,28% à 27.310,41 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 0,12% à 11.095,20 points.

L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,14% à 3.344,59 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le vert jeudi, portée par la bonne santé des géants américains de l'internet et des chiffres meilleurs que prévu sur les nouvelles inscriptions au chômage: le Dow Jones avait fini à 27.386,98 points (+0,68%), et le Nasdaq à 11.108,07 points (+1,00%), franchissant pour la première fois la barre des 11.000 points.

L'économie américaine a créé 1,8 million d'emplois en juillet, selon un rapport mensuel du département du Travail diffusé jeudi matin.

Ce chiffre est largement inférieur à juin, où 4,8 millions d'emplois avaient été ajoutés, un record. Le ralentissement de juillet est notamment dû à la résurgence du virus dans une large partie du pays.

Le taux de chômage aux Etats-Unis a lui baissé à 10,2% en juillet, soit un repli de 0,9% par rapport à juin. Les analystes avaient anticipé un taux de 10,5%.

"Le marché du travail se remet du choc provoqué par la crise du coronavirus, mais a encore un long chemin à parcourir, comme le montre le taux de chômage de 10,2% et le ratio entre emploi et nombre d'habitants à 55,1%, bien inférieur aux 60,7% de l'an dernier", note Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les acteurs du marché se montraient par ailleurs préoccupés par la nouvelle escalade entre Washington et Pékin.

Le président américain Donald Trump a signé jeudi des décret interdisant pendant 45 jours toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec les groupes chinois ByteDance, la maison mère de TikTok, et Tencent, propriétaire de la plateforme WeChat.

M. Trump accuse, sans preuve, ces applications d'espionnage pour le compte du gouvernement chinois.

TikTok a réagi vendredi en menaçant d'engager des poursuites judiciaires contre la décision américaine, tandis que Pékin a dénoncé "une répression politique".

Par ailleurs, les négociations semblaient s'éterniser au Congrès autour de nouvelles mesures de relance pour l'économie américaine.

Face à l'impasse politique, Donald Trump a menacé d'imposer un décret présidentiel pour prolonger les aides supplémentaires pour les chômeurs, allonger le moratoire sur les évictions et autoriser une baisse de la taxe sur les salaires.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,5231% contre 0,5362% jeudi soir.