La Bourse de New York qui a fléchi à l'ouverture ce mardi après avoir sévèrement trébuché la veille, repartait dans le vert dans le courant de la journée, attentive à la virulence des contaminations dans le monde et aux élections sénatoriales clé en Géorgie. A 15H10 GMT, l'indice Dow Jones avançait de 0,32%, le Nasdaq grimpait de 0,68% et le S&P 500 de 0,48%.

Hier, après avoir terminé 2020 sur des records, Wall Street avait mal démarré sa première séance de l'année, les trois indices lâchant plus de 1,2%.

Les investisseurs surveillent à présent le déroulement de la double élection sénatoriale dans l'Etat de Géorgie (sud), un suffrage-clé "qui déterminera l'orientation du Congrès", ont rappelé les analystes de Wells Fargo. Si les deux candidats démocrates gagnent ces sièges dans cet Etat du Sud d'habitude conservateur, cela permettra au parti de Joe Biden de contrôler la Chambre des représentants et le Sénat.

D'un côté, cette hypothèse d'une victoire démocrate fait craindre aux investisseurs "davantage d'impôts et de régulations", notent les analystes de Wells Fargo. De l'autre, les marchés pensent qu'il sera "plus facile d'obtenir une nouvelle relance budgétaire pour aider l'économie", souligne Patrick O'Hare de Briefing.com. Les résultats, qui s'annoncent serrés, pourraient mettre plusieurs jours à être déterminés.

Les investisseurs étaient aussi attentifs aux implications sur l'activité de la poursuite des contaminations au Covid-19 et observaient "les efforts décevants de déploiement des vaccins aux Etats-Unis jusqu'ici", ont indiqué les analystes de Schwab.

Sur le front économique, la bonne tenue de l'indice d'activité manufacturière (ISM) pour décembre, meilleur que prévu, a soutenu le moral des investisseurs. L'indice ISM a grimpé de 3,2 points de pourcentage par rapport à novembre, pour s'établir à 60,7%, son plus haut niveau de 2020.

Sur le plan des régulations, le New York Stock Exchange (NYSE) est revenu lundi soir, dans un coup de théâtre, sur sa décision de retirer de la cote trois sociétés chinoises du secteur des télécoms, quatre jours après les avoir bannies de la cote américaine. Le NYSE a invoqué "des consultations poussées avec les autorités de régulation compétentes" pour expliquer ce revirement.

Dix des onze secteurs du S&P 500 étaient dans le vert, tirés par celui de l'énergie (+2,68%) alors que les cours du brut étaient en forte hausse. Boeing reprenait 2,25% après avoir perdu le double la veille. Enfin sur le marché obligataire, le rendement à 10 ans sur les bons du Trésor montait à 0,9449% contre 0,9132% lundi.