Wall Street évoluait sans direction claire, se préparant à prendre connaissance d'une décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et à accueillir, après la clôture, les résultats trimestriels d'Apple et de Facebook.

Vers 14H00 GMT, l'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,18 % à 4 194,45 points et le Nasdaq prenait 0,13 % à 14 108,33 points. L'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Indutrial Average, reculait en revanche, de 0,48 % à 33.821,45 points, plombé par Boeing.

Le président de la Fed, Jerome Powell, doit tenir dans l'après-midi une conférence de presse à l'issue de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed).

"Personne ne s'attend à un changement du taux directeur de la Fed ou à une modification de son programme de rachat d'actifs", affirme Patrick O'Hare de Briefing.

Pour soutenir l'économie américaine face aux répercussions de la pandémie, la Fed a abaissé ses taux directeurs, qui évoluent dans une fourchette comprise entre 0 % et 0,25 % depuis plus d'un an, et mène une politique d'assouplissement quantitatif en rachetant de la dette publique et de la dette d'entreprises.

"Le point d'interrogation, ou plutôt l'hésitation, réside dans la teneur du discours de M. Powell et s'il va ou non faire la moindre référence à la possibilité pour la Fed de songer à une date pour réduire progressivement ses achats d'actifs", poursuit l'expert.

Alphabet et Microsoft en nette hausse

Les acteurs du marché suivront également avec attention, dans la soirée, le discours de Joe Biden devant le Congrès.

Le président américain doit présenter un ambitieux plan de 1 800 milliards de dollars pour l'éducation et l'aide aux familles qu'il compte financer en annulant les baisses d'impôts pour les plus riches et en augmentant les taxes sur les revenus du capital pour les Américains les plus fortunés.

Après la clôture de Wall Street, les géants américains de la tech Apple et Facebook feront part de leurs chiffres d'affaires et profits trimestriels.

Mardi soir, Alphabet (Google) et Microsoft ont publié des résultats meilleurs que prévu, poussés par les recettes publicitaires pour le premier et le cloud (l'informatique à distance), pour le second.

Le titre d'Alphabet grimpait de 5,93 %, mais Microsoft perdait 2,78 %.

Avant l'ouverture mercredi, Boeing, membre éminent du Dow Jones qui souffre de la chute du trafic aérien depuis le début de la pandémie, a fait part d'une perte nette de 537 millions de dollars au premier trimestre. Le constructeur aéronautique a toutefois misé sur le retour des livraisons du 737 MAX et la vaccination contre le Covid-19 pour rebondir.

Son titre chutait de 3,33 % à Wall Street.