Wall Street termine en hausse, Dow Jones, Nasdaq et S&P 500 à des records. Une fermeture dans le vert à l'image de l'ouverture, également positive, en début de séance ce lundi.

Les principaux indices de la Bourse de New York ont terminé à des niveaux inédits lundi, entraînés par un regain d'optimisme sur le front commercial au moment où les résultats d'entreprises et les indicateurs reflètent une économie américaine en plutôt bonne santé.

Selon des résultats à la clôture, 

  • le Dow Jones Industrial Average a gagné 0,42% pour finir à 27.462,11 points, 
  • le Nasdaq, à forte coloration technologique, a progressé de 0,56%, à 8.433,20 points, 
  • l'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,37%, à 3.078,27 points.

Par ailleurs, le dollar montait face aux principales devises ce lundi, porté donc par un regain d'optimisme des marchés financiers sur les questions commerciales tandis que l'euro n'a pas profité du premier discours officiel de la nouvelle directrice de la BCE, Christine Lagarde.

Vers 21H00 heure belge, l'euro perdait 0,36% face au billet vert, à 1,1126 dollar.

"Le thème principal (ce lundi) était la demande renouvelée pour les dollars américains", estime Kathy Lien de BK Asset Management.

"Les chiffres sur les commandes industrielles et les commandes de biens durables (aux Etats-Unis) étaient plus faibles qu'attendu", remarque la spécialiste.

"Mais entre les records atteints par les indices de Wall Street et le fait que parier sur une hausse du cours du dollar continue d'être rémunérateur, le billet vert s'est affiché comme la devise la plus performante", ajoute-t-elle.

L'entrain des investisseurs envers les actifs américains, qu'il s'agisse du marché des actions ou du dollar, est clairement lié "à toutes les discussions sur les avancées dans les négociations entre les Etats-Unis et la Chine", relève de son côté Brendan McKenna de Wells Fargo.

Après des commentaires encourageants du principal conseiller économique à la Maison Blanche Larry Kudlow vendredi, le ministre américain du Commerce Wilbur Ross a alimenté l'entrain du marché en faisant part dimanche dans une interview de son optimisme sur la conclusion d'un accord commercial partiel avec la Chine d'ici la fin du mois.

Le discours de Christine Lagarde de son côté a pu laisser les investisseurs sur leur faim, la nouvelle patronne de la Banque centrale européenne (BCE) ayant plutôt dressé un éloge de l'ancien ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, qu'apporté des signaux sur la politique monétaire.

.