Inquiétant: de plus en plus d’étudiants font appel au CPAS

A Charleroi, 1072 étudiants ont été soutenus par le CPAS en 2021. Une augmentation encore attendue.

Ngom Frédéric
Inquiétant: de plus en plus d’étudiants font appel au CPAS

Comme en début de chaque année scolaire, des étudiants font appel au CPAS de Charleroi afin de mener à bien leurs études. Comme il l’avait déjà été précisé, ce n’est pas la paupérisation qui est en cause mais le souhait de plus de jeunes issus de familles fragilisées de poursuivre des études.

Même si les chiffres de cette année scolaire ne sont pas encore connus, il faudra aussi prendre en compte les difficultés éprouvées par les familles pour affronter les hausses des prix des énergies et les études des enfants.

Si ces facteurs ne sont pas encore pris en compte dans l’évolution du nombre de jeunes faisant appel au CPAS, il est a noté une augmentation qui ne cesse de se renforcer au fil des années.

Depuis novembre 2016, toute personne introduisant une demande d’aide doit se voir proposer un PIIS (Projet individualisé d’insertion sociale) dans les trois mois. Le (PIIS) est donc obligatoire pour tous les nouveaux bénéficiaires de RIS, sans limite d’âge ainsi que pour les réfugiés reconnus et les personnes bénéficiant de la protection subsidiaire. Il doit toujours être adapté à la situation et aux capacités du demandeur. Depuis la généralisation du projet, le nombre de projets conclus par les usagers du CPAS ne cesse d’augmenter.

Entre 2017 et 2021, le nombre de PIIS "généraux" a plus que doublé, passant de 3.512 à 7.574 unités (selon les estimations du CPAS). Pour l’année 2021, le nombre de PIIS étudiants est estimé à 1.072 unités, sur une base annuelle (soit une augmentation de 28,2 % par rapport à l’année 2017).

Après une nette diminution de plus de 13 %, constatée en 2017/2018, les années académiques 2019/2020 et 2020/2021 connaissent de nouveau une croissance annuelle de + 11,6 % et + 3,7 %. Dans presque 95 % des cas, les bénéficiaires PIIS étudiants sont âgés de moins de 25 ans. L’année académique 2020/2021 a été fortement impactée par la crise sanitaire "Covid-19". Nonobstant le contexte particulièrement difficile, les taux de réussites ont été plus que rassurants comparé aux résultats de l’année académique précédente (38,4 %).