Comportements transgressifs graves dans un cercle étudiant de la VUB: le président va-t-il bientôt faire son retour sur le campus?

La justice devra en décider le 23 novembre prochain.

J.F.
 (Illustration)
(Illustration) ©BELGA

Après des incidents survenus dans le cadre d'activités organisées par le cercle étudiant néerlandophone Solvay kring, la VUB avait porté plainte fin octobre auprès du Parquet de Bruxelles et interdit des étudiants impliqués du campus, le temps de l'enquête.

Le juge des référés de Bruxelles devra à présent statuer d'ici le 23 novembre si l'interdiction de campus du président du cercle étudiant doit être levée. C'est ce qu'a annoncé le juge mercredi après les plaidoiries.

Pour rappel, les faits se sont déroulés lors d’un TD sur le thème du rappeur 50 Cent le 6 octobre dernier. Les incidents font état d’activités sexuelles impliquant des étudiantes qui ont notamment dû réaliser des jeux sexuels avec leurs collègues masculins, des concours de t-shirt mouillé qui ont dérapé ainsi que des strip-teases.

En réponse à diverses plaintes concernant des comportements transgressifs, l'université avait décidé d'agir en interdisant certains jeunes de campus et en suspendant les activités du cercle. Pour l'avocat du président du cercle, l'étudiant ne sait toutefois toujours pas de quoi il est accusé.

"Nous ne sommes en aucun cas informés des faits, nous ne recevons qu'une description générale", a déclaré maître Jan Fransen. "Nous voulons une motivation claire pour cette mesure, afin que nous puissions nous en défendre, mais nous n'avons rien qui nous permette de savoir de quoi il s'agit. Mon client se demande depuis des semaines ce qu'il a fait de mal. Il souffre d'une grave atteinte à sa réputation à la suite de la décision de la VUB et de la publicité qui en a été faite, mais son droit à l'éducation est également violé."

Interdit de campus, mais pas de cours

S'il est effectivement interdit de campus, l'étudiant peut cependant toujours participer à des exercices, rendre des travaux, et suivre les cours de chez lui. "Il peut participer à toutes les activités nécessaires à l'obtention de son diplôme", a confirmé la VUB. "Mais ce n'est pas la même chose que d'aller au cours", répond l'avocat.

Les activités organisées dans ce cercle ne sont pas sans rappeler celles du cercle flamand Reuzegom, qui avaient notamment conduit au décès d’un étudiant, Sanda Dia, en décembre 2018. Le jeune sénégalais de 20 ans avait ingurgité de l’alcool et de l’huile de poisson. Il avait également dû rester plusieurs heures dans un trou rempli d’eau glacée et était décédé d’hypothermie quelques jours plus tard à l’hôpital.