Ben Laden : "L'Amérique ne connaîtra plus jamais la sécurité"

Ben Laden : "L'Amérique ne connaîtra plus jamais la sécurité"

L'islamiste Oussama ben Laden a promis aux Etats-Unis de "ne plus jamais connaître la sécurité" et affirmé qu'un "groupe de musulmans" avait commis les attentats du 11 septembre, dans un message vidéo diffusé dimanche par al-Jazira TV après le début de la riposte américaine en Afghanistan.

Ben Laden est apparu lui-même à l'écran lors de ce message préenregistré qui, selon un présentateur de cette chaîne de télévision du Qatar, leur est parvenu dans la journée de dimanche. Cet enregistrement a été diffusé une heure environ après le début des frappes militaires déclenché par le président américain. C'est la première apparition en public de ben Laden depuis les attentats du 11 septembre à New York et Washington.

"Je jure par dieu que l'Amérique ne connaîtra plus jamais la sécurité avant que la Palestine ne la connaisse et avant que toutes les armées occidentales athées ne quittent les terres saintes" de l'islam, a-t-il dit. Dans cet enregistrement, dont la diffusion a duré une dizaine de minutes, il n'a pas démenti être impliqué dans les attentats. Il s'en est au contraire ouvertement réjoui et a affirmé qu'un "groupe de musulmans" avait "détruit l'Amérique".

"Voilà l'Amérique frappée par Allah dans son point le plus vulnérable, détruisant, dieu merci, ses bâtisses les plus prestigieuses, a-t-il indiqué. Voilà l'Amérique remplie de terreur de nord au sud et d'est en ouest". "Dieu a dirigé les pas d'un groupe de musulmans qui ont détruit l'Amérique et nous implorons Allah d'élever leur rang et de les admettrer au paradis", a poursuivi ben Laden.

"Ce qui l'Amérique endure aujourd'hui, a-t-il continué, ne constitue qu'une infime partie de ce que nous (les musulmans) endurons depuis des dizaines d'années. Notre nation subit depuis plus de 80 ans cette humiliation, ses fils sont tués, et son sang coule, ses lieux saints sont agressés sans raison".

Le dirigeant de l'organisation islamiste al Qaida, suspect numéro un dans les attentats du 11 septembre, n'a donné aucune autre précision sur ce "groupe de musulmans". Il a encore appelé "tous les musulmans à défendre leur religion": "L'heure est venue pour les humiliés de se rebeller contre les infidèles".

Dans le même message, le porte-parole de al Qaida, Soleiman Abou Ghaith, a lancé un appel au "jihad" et indiqué que le groupe islamiste de ben Laden était prêt à la "confrontation avec les Etats-Unis". "Oh peuple de cette nation ! le jihad vous appelle, le jihad contre les juifs et les Américains, le jihad au nom de dieu", a déclaré le porte-parole qui était apparu en premier sur l'écran, avant que ben Laden ne s'exprime à son tour. "La guerre a commencé, la guerre entre ceux qui croient en dieu et entre les mécréants", a-t-il ajouté.

Les deux dirigeants islamistes sont apparus assis, vêtus de treillis militaires. Ils s'exprimaient sur un ton calme dans un micro devant ce qui semblait être un flanc de montagne avec, à leurs côtés, un fusil mitrailleur. D'autres responsables de al Qaida sont apparus, dont Ayman al Zawahri, considéré comme le bras droit de ben Laden.

Les lieux saints les plus importants de l'islam se trouvent en Arabie Saoudite. Un présentateur de la chaîne qatariote a indiqué que l'enregistrement avait été réalisé "très récemment", sans donner d'autres précisions.


L'homme le plus recherché de la planète L'islamiste Oussama Ben Laden est depuis 1996 l'"hôte" des taliban au pouvoir à Kaboul. Ben Laden, 44 ans, 12ème enfant (sur 58) d'un magnat saoudien de la construction, proche de la famille royale, est recherché par la justice américaine pour les attentats contre les ambassades des Etats-Unis à Nairobi et Dar es-Salaam en 1998, qui avaient fait au total 224 morts -dont une douzaine d'Américains- et des milliers de blessés. Il est aussi soupçonné d'avoir commandité en octobre 2000 une attaque à l'explosif contre le destroyer américain USS Cole dans le port d'Aden, au Yémen, où 17 marins américains ont trouvé la mort. Dès 1973, ben Laden se lie à des groupes islamistes. Après l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979, il se rend dans ce pays où il prend le commandement et finance une brigade de quelque 20.000 hommes recrutés dans différents pays du monde arabe. Il lutte contre l'envahisseur soviétique avec l'aide de la CIA, l'agence de renseignement américaine. Son réseau, al-Qaida ("la base"), daterait de 1988, soit un an avant le retrait soviétique de l'Afghanistan. Après le déclenchement de la guerre du Golfe en 1991, Ben Laden déclare la "guerre sainte" aux Etats-Unis, accusés d'avoir occupé sa terre natale, l'Arabie saoudite, en y déployant des troupes après l'invasion du Koweït par l'Irak. Il regagne l'Arabie en 1992, mais son passeport saoudien lui est retiré par Ryad, qui l'accuse de soutenir des groupes islamistes en Egypte et en Algérie. Ben Laden s'installe au Soudan mais les services de renseignement américains le soupçonnent de financer des camps d'entraînement terroristes. Sa nationalité saoudienne lui sera finalement retirée en 1994, après la publication de "fatwas" dénonçant les Etats-Unis et la famille royale saoudienne. En 1996, c'est le Soudan qui lui demande de partir, sous la pression des Nations Unies qui menacent Khartoum de sanctions. Il refait ensuite surface en Afghanistan d'où il lance de nouveaux appels anti-américains. Considéré par les Etats-Unis comme le financier du terrorisme islamiste, Ben Laden a été placé par le FBI en 1999 sur sa liste des dix personnes les plus recherchées dans le monde. Le 23 septembre dernier, Washington a même décidé d'offrir 25 millions de dollars pour toute information permettant d'appréhender Oussama ben Laden. Ben Laden était réputé passer l'essentiel de son temps à Kandahar, ville du Sud de l'Afghanistan où réside également le chef suprême des taliban, le mollah Omar. Depuis les attentats du 11 septembre, il aurait quitté Kandahar et se déplacerait de camp en camp le long de la frontière pakistanaise et dans les déserts entourant la ville.