Portraits : la (mauvaise) surprise et l'infatigable

Portraits : la (mauvaise) surprise et l'infatigable
©EPA

Candidat à la présidence française pour la quatrième fois, Jean-Marie Le Pen, 73 ans, a réussi depuis les années 70 à faire d'une extrême droite marginale et divisée une force électorale au poids considérable. Après avoir obtenu moins de 1 pc des voix à la présidentielle de 1974, ce pourfendeur des `lobbies´ et des `puissances occultes´, parmi lesquelles il cite les francs-maçons ou les immigrés originaires du Tiers-monde, a en effet dépassé les 15 pc en 1995.

Né le 20 juin 1928 à La Trinité-sur-Mer et appelé le `menhir´ du fait de ses origines bretonnes, M. Le Pen est tenté au début de sa vie par la carrière des armes. Il est officier en Indochine (1953), puis pendant la guerre d'indépendance en Algérie (1957). Mais M. Le Pen, avocat de formation et héritier d'un riche industriel, s'est aussi intéressé très tôt à la politique. En 1956, il était, comme il aime à le rappeler, `le plus jeune député de France´.

Fondateur du Front national (FN) en 1972, il devra encore attendre 1983 pour que son parti effectue une réelle percée lors de l'élection municipale partielle de Dreux et des élections européennes de 1984, où la liste d'extrême droite obtient 11 pc des voix. Après le bon résultat de 1995, M. Le Pen doit faire face à une scission du FN conduite par son ancien bras droit, Bruno Mégret, en 1998, avant que son parti ne descende à 5,69 pc des voix lors des européennes de l'année suivante.

M. Le Pen qualifie le président sortant comme un `socialiste de droite´. Lionel Jospin est quant à lui qualifié par M. Le Pen de `socialiste de gauche´. (AFP)

JACQUES CHIRAC, L'INFATIGABLE

Candidat à un second mandat, Jacques Chirac brigue pour la quatrième fois l'Elysée. Il a déjà derrière lui trente ans de combats politiques. Le début de sa carrière remonte aux années soixante, sous le parrainage du Président Pompidou.

Ministre sans interruption de 1967 à 1974, il favorisera l'élection de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 en persuadant 43 parlementaires de trahir le candidat officiel du parti gaulliste, Jacques Chaban-Delmas, ce qui lui vaudra de devenir Premier ministre. Deux ans plus tard, cependant, il crée le Rassemblement pour la République (RPR) et se lance à l'assaut de la giscardie. En 1977, il se fait élire maire de Paris, poste qu'il conservera jusqu'en 1995.

EPA

En 1981, il fait perdre Giscard en n'appelant que du bout des lèvres à voter pour lui au second tour. Erigé en chef de l'opposition sous Mitterrand, Chirac essuie les plâtres de la cohabitation en 1986. Battu aux présidentielle de 1988, il finit par s'imposer en 1995 mais, après avoir dissous l'Assemblée, sera lui-même contraint à la cohabitation dès 1997.

Agé de 69 ans, Jacques Chirac est décrit par ses partisans comme un être chaleureux, généreux et sincère. Ses adversaires, en revanche, le trouvent versatile et inconstant. Son charisme, sa vitalité et son énergie débordante s'illustrent dans son appétit pour les bains de foule, les poignées de mains et les embrassades.

L'homme est toutefois plus complexe que sa caricature. Ainsi, lui qui a longtemps laissé croire qu'il n'aimait que les westerns et la musique militaire est un fin connaisseur des cultures asiatiques et un expert des arts premiers. (D'après AFP)

© La Libre Belgique 2002

Sur le même sujet