Louis Michel dit «ne pas comprendre » les critiques

AFP

Le chef de la diplomatie belge, Louis Michel, a dit jeudi «ne pas comprendre » les vives critiques envers son pays prononcées le jour même à Bruxelles par le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, en raison des plaintes déposées en Belgique contre des responsables américains.

«Nous ne comprenons pas l’attitude des Etats-Unis ou en tout cas l’attitude de M. Rumsfeld », a dit le ministre belge des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse Belga.

«Nous avons modifié la loi de compétence universelle pour sortir du texte les dispositions qui inquiétaient des pays comme Israël et les Etats-Unis (...) Maintenant on peut renvoyer les plaintes aux pays d’origine de celui contre laquelle elle a été déposée. Nous ne pouvions faire mieux », a ajouté M. Michel.

M. Rumsfeld, qui participait à une réunion des ministres de la Défense de l’Otan au siège de l’Alliance nord-atlantique à Bruxelles, s’en était pris vivement à la Belgique, qu’il a accusée de «harceler » les responsables américains avec des plaintes en Justice pour crimes de guerre au nom de la loi dite de «compétence universelle ».

Il a annoncé en représailles le blocage des dépenses pour la construction d’un nouveau siège de l’Otan à Bruxelles.

Plusieurs plaintes ont été récemment déposées auprès de la Justice belge contre des responsables américains, dont la dernière en date visait le général Tommy Franks, commandant des forces américano-britanniques pendant la guerre en Irak.

Cette loi permet à la Justice belge de poursuivre des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité, quels que soient le lieu où ils ont été commis et la nationalité de leur auteur.

La plainte qui visait le général Tommy Franks a été renvoyée fin mai devant les juridictions américaines grâce à une nouvelle disposition de cette loi qui autorise la Belgique à transférer de telles affaires à la Justice du pays d’origine de la personne mise en cause.

L’Otan est installée en Belgique depuis 1967 et a dévoilé au début de l’année le projet qui a été retenu pour la construction d’ici à 2009 d’un nouveau siège pour l’Alliance nord-atlantique à Bruxelles.