L'Onu, maître du terrain

C e qui s'est produit le 26 décembre 2004 est une catastrophe mondiale sans précédent. Elle appelle une réponse sans précédent, mondiale», a déclaré, solennel, le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, à l'ouverture du sommet d'urgence consacré, à Jakarta, à la coordination de l'aide internationale à destination de l'Asie du Sud-Est sinistrée. Vendredi 7 janvier 2005

L'Onu, maître du terrain
©D.R.
R.C. (avec AFP)

Ce qui s'est produit le 26 décembre 2004 est une catastrophe mondiale sans précédent. Elle appelle une réponse sans précédent, mondiale», a déclaré, solennel, le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, à l'ouverture du sommet d'urgence consacré, à Jakarta, à la coordination de l'aide internationale à destination de l'Asie du Sud-Est sinistrée. Kofi Annan a évoqué aussi un « cauchemar éveillé». Message reçu.

Les dirigeants du monde entier se sont engagés jeudi à collaborer plus étroitement dans leurs efforts de secours aux victimes des tsunamis en Asie du Sud-Est, dont les experts prévoient que le meurtrier bilan va encore s'alourdir. Plus de 4 milliards de dollars d'aide ont été promis jusqu'ici pour venir en aide aux victimes des vagues géantes. Annan a lancé un appel à la communauté internationale pour obtenir 977 millions de dollars dans les six prochains mois, afin de couvrir les besoins humanitaires de quelque cinq millions de personnes. Sur ces 977 millions cités par Annan, 229 millions sont notamment destinés à la nourriture et à l'agriculture, 222 millions pour des abris et des besoins non alimentaires, 122 millions pour la santé et 61 millions pour l'eau et l'hygiène.

Prévention

Les représentants des 26 pays se sont par ailleurs prononcés en faveur de la création d'un système d'alerte avancé aux tsunamis dans l'océan Indien, inspiré par celui établi dans le Pacifique depuis une quarantaine d'années. Pour ce projet, les pays asiatiques espèrent le soutien technique et logistique des pays riches et de l'Onu.

Les participants ont en outre appelé de leurs voeux une meilleure coordination des opérations d'aide sur le terrain, demandant à l'Onu de « convoquer une conférence de donateurs internationaux pour assurer la pérennité des efforts d'aide humanitaire». Les Etats-Unis ont quant à eux confirmé la dissolution de leur éphémère coalition de quatre pays - Inde, Japon, Etats-Unis, Australie - formée pour coordonner l'aide initiale aux victimes des tsunamis. Elle se rangera sous la bannière de l'Onu, chargée de centraliser la planification des opérations sur le terrain. Pas revanchard, Kofi Annan a même exprimé sa gratitude à l'égard des Etats-Unis et de leurs partenaires, dont les moyens militaires ont permis d'accélérer l'acheminement de l'aide dans les zones les plus reculées, comme la province indonésienne d'Aceh, la plus durement frappée par les raz-de-marée.

Au nombre des personnalités présentes à Jakarta se trouvaient le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono, le premier ministre japonais Junichiro Koizumi, son homologue chinois Wen Jiabao, le président de la Commission européenne Jose Manuel Durao Barroso ou encore le secrétaire d'Etat américain Colin Powell.

L'Union européenne a annoncé que son aide atteindrait 1,5 milliard d'euros, uniquement en dons et sans compter les contributions de ses citoyens. A la veille de la réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères, du Développement et de la Santé des 25 consacrée aux besoins à court et à plus long terme, l'UE a ainsi confirmé en marge du sommet de Jakarta qu'elle serait, et de loin, le principal donateur du monde. Au total, son montant dépassera 1,5 milliard d'euros, soit deux milliards de dollars, cinq fois plus que l'aide publique promise par le gouvernement américain, qui s'élèvera, selon le secrétaire d'Etat Colin Powell, à 350 millions de dollars.

Côté américain, en plus de l'aide financière - qui, selon Powell, pourrait s'accroître une fois que les besoins sur place seront mieux connus - le Pentagone a mis à disposition 14000 soldats, 19 bâtiments de l'US Navy, 40 avions et 50 hélicoptères.

© La Libre Belgique 2005


Les raz-de-marée provoqués par le séisme du 26 décembre ont fait plus de 153.000 morts et des milliers de disparus dans les pays riverains de l’océan Indien, selon un nouveau bilan provisoire, révisé en baisse vendredi à la suite d’une erreur de calcul annoncée par l’Indonésie. Les autorités de ce dernier pays, le plus ravagé par les tsunamis, ont précisé que 12.000 morts au lieu de 12 avaient été comptabilisés dans le bilan indonésien des victimes pour une ville de la province d’Aceh, dans le nord de l’île de Sumatra. Dans les autres pays les plus touchés d’Asie, au total une centaine de morts confirmés supplémentaires ont été enregistrés, selon les derniers chiffres disponibles. Voici le détail des bilans pays par pays, établi à 14H30 GMT: - Indonésie : 101.318 décès confirmés, selon le ministère des Affaires sociales, à la suite de la disparition de la carte de villages côtiers du nord de Sumatra, entièrement rasés par les vagues géantes. - Sri Lanka : 30.680 morts dont 117 étrangers et 4.883 disparus. Les autorités ont estimé que le bilan final pourrait dépasser les 42.000 morts. Le tsunami a fait 16.236 blessés et on a dénombré 578.224 personnes déplacées. - Inde : les autorités ont annoncé un nouveau bilan d’au moins 9.995 morts et 5.689 disparus qui sont pour la plupart présumés morts. 382.586 personnes sans abri sont hébergées dans quelque 600 camps provisoires. - Thaïlande : 5.291 morts --2.568 Thaïlandais, 2.510 étrangers et 213 personnes dont il n’a pas été possible de déterminer l’origine-- et quelque 3.570 personnes toujours portées disparues, ce dernier chiffre révisé en baisse par le ministère de l’Intérieur. Le Premier ministre Thaksin Shinawatra a estimé que le bilan définitif pourrait atteindre 7.000 à 8.000 morts. - Birmanie : 59 morts, selon le Premier ministre Soe Win. 3.200 personnes seraient sans abri. - Maldives : 82 morts, 26 disparus et près de 13.000 personnes déplacées, selon le gouvernement. - Malaisie : 68 morts et de nombreux disparus sur l’île touristique de Penang et dans l’Etat voisin du Kedah. - Bangladesh : un père et son enfant sont morts dans le naufrage d’un bateau de touristes, selon des responsables locaux. - Afrique : les raz-de-marée ont atteint la côte orientale de l’Afrique. En Somalie, au moins 298 personnes ont été tuées et quelque 17.000 familles déplacées, selon les autorités. Au moins dix personnes sont mortes noyées en Tanzanie. Au Kenya, un homme s’est noyé près de Mombasa. BILAN DES MORTS : Indonésie : 101.318 Sri Lanka : 30.680 Inde : 15.684 (dont 5.689 disparus pour la plupart présumés morts) Thaïlande : 5.291 Birmanie : 59 Maldives : 82 Malaisie : 68 Bangladesh : 2 Somalie : 298 Tanzanie : 10 Kenya : 1 Total : 153.493

Sur le même sujet