Le Pape rapprocherait Holocauste et avortement

Le cinquième livre de Jean- Paul II, «Mémoire et identité», sort ce mercredi en Italie et a déjà provoqué une polémique à cause d'un rapprochement qu'y ferait le Pape entre l'Holocauste et l'avortement. L'ouvrage, vendu 16 euros, a été présenté mardi soir au cours d'une conférence de presse à Rome par le cardinal allemand Joseph Ratzinger.

(D'après AFP et AP)

Le cinquième livre de Jean- Paul II, «Mémoire et identité», sort ce mercredi en Italie et a déjà provoqué une polémique à cause d'un rapprochement qu'y ferait le Pape entre l'Holocauste et l'avortement. L'ouvrage, vendu 16 euros, a été présenté mardi soir au cours d'une conférence de presse à Rome par le cardinal allemand Joseph Ratzinger. Il s'agirait essentiellement d'une transcription de conversations tenues en polonais entre le Pape et des proches, le philosophe Krzysztof Michalski et le père Jozef Tishner, en 1993, dans sa résidence d'été de Castelgandolfo, près de Rome. Jean-Paul II y évoque de nombreux sujets, dont l'attentat dont il a été victime en 1981, les combats du XXe siècle contre le nazisme et le communisme, la valeur de la vie humaine.

Le passage incriminé, qui a déjà suscité une vive critique de la communauté juive d'Allemagne, se trouve à la fin du chapitre 22 intitulé «La démocratie contemporaine».

Le Pape y rappelle que «Hitler a été porté au pouvoir par un Parlement régulièrement élu» qui lui a ensuite «ouvert la route pour la politique d'invasion de l'Europe, pour l'organisation des camps de concentration et pour la mise en oeuvre de la Solution finale, c'est-à-dire l'élimination de millions de fils et de filles d'Israël».

«(...) Nous devons nous interroger au début d'un nouveau siècle et d'un nouveau millénaire sur certains choix législatifs décidés dans les parlements des régimes démocratiques actuels », écrit-il.

«Quand un Parlement autorise l'interruption de la grossesse, consentant la suppression d'une naissance, il commet un grave abus contre un être humain, qui plus est innocent et privé de toute possibilité de se défendre », soutient le Pape.

«Les parlementaires qui autorisent et promulguent de telles lois doivent être conscients d'outrepasser leurs compétences et de se mettre en conflit ouvert avec la loi de Dieu et la loi de la nature », conclut-il.

Le cardinal Ratzinger a assuré que Jean-Paul II n'a jamais voulu faire un tel rapprochement. «Le Pape ne met pas sur le même plan la Shoah et l'avortement, il ne compare pas des faits et des systèmes. Il attire notre attention sur les tentations permanentes de l'humanité, sur la nécessité de faire attention pour ne pas tomber dans les pièges du mal », a-t-il affirmé.

© La Libre Belgique 2005