Lettre ouverte de prêtres homosexuels

Une cinquantaine de prêtres "de tendance homosexuelle" dénoncent mercredi dans une lettre ouverte au Vatican l'instruction approuvée par le pape qui interdit l'ordination de séminaristes homosexuels. Ces prêtres, qui se disent contraints à l'anonymat, s'affirment "profondément blessés" par la directive, et particulièrement par les soupçons de pédophilie qu'elle fait porter sur les homosexuels.

AFP

Une cinquantaine de prêtres "de tendance homosexuelle" dénoncent mercredi dans une lettre ouverte au Vatican l'instruction approuvée par le pape qui interdit l'ordination de séminaristes homosexuels.

Ces prêtres, qui se disent contraints à l'anonymat, s'affirment "profondément blessés" par la directive, et particulièrement par les soupçons de pédophilie qu'elle fait porter sur les homosexuels.

"Notre homosexualité n'a jamais fait obstacle à une bonne relation avec les hommes et les femmes, comme l'affirme le document", écrivent-ils aussi.

"Nous nous sentons profondément blessés par cette affirmation complètement gratuite", ajoutent-ils, en se décrivant comme "les fils abandonnés et non aimés d'une Eglise à qui nous avons promis et donné fidélité et amour".

La lettre ouverte, adressée au signataire de l'instruction, le cardinal Zenon Grocholewsky, préfet de la congrégation pour l'éducation catholique, a été publiée mercredi sur le site internet gaynews.it.

L'instruction du Vatican, publiée le 29 novembre, demande aux évêques du monde entier de ne plus ordonner prêtres ou diacres les séminaristes ayant des pratiques homosexuelles ou présentant "des tendances homosexuelles profondément enracinées", ou encore ceux qui soutiennent "la culture gay".

Les signataires de la lettre ouverte soulignent qu'ils n'ont pas plus de problèmes que les hétérosexuels pour vivre la chasteté demandée aux prêtres : "Nous ne sommes pas des malades du sexe et notre tendance homosexuelle n'a pas affecté notre santé psychique, ni nos dons moraux et humains", lancent-ils.

Ces prêtres ont le sentiment que le document du Vatican "est né en réaction aux récents cas de pédophilie récemment révélés notamment dans les Eglises américaine et brésilienne".

"La tendance homosexuelle n'est absolument pas synonyme de pédophilie et la seule idée d'être pris pour des pédophiles nous est insupportable", confient-ils.

"Le document laisse penser que le principal critère pour être un bon prêtre est la tendance sexuelle, alors que pour les fidèles, le véritable scandale c'est le luxe, le goût de l'argent ou du pouvoir, et l'éloignement des problèmes vécus par les gens", écrivent encore les signataires.