La morale bafouée «qu'elle soit laïque ou religieuse»

JACQUES GODITIABOIS-DEACON

CORRESPONDANT AU CAIRE

Les Egyptiens, musulmans à 90 pc, ne cachent pas leur colère et leur amertume, toutes classes confondues. Ils sont unanimes dans leur condamnation de la publication des caricatures du prophète Mahomet. Le président Hosni Moubarak a mis en garde contre une «mauvaise gestion» du scandale des caricatures publiées par la presse européenne qui «profitera aux forces extrémistes et terroristes». Estimant que «la liberté d'expression et de la presse, que nous garantissons et respectons, ne doit pas être un prétexte pour porter atteinte aux religions et aux croyances». Il incite «les pays et les peuples à aborder avec sagesse et prudence tout ce qui touche aux croyances et aux religions... car, ajoute-t-il, s'attaquer aux religions est le plus grand danger menaçant la stabilité du monde».

Pour le journaliste et politologue Mohamed Sid Ahmed, il faut craindre «une nouvelle escalade et une détérioration de la situation avec une nouvelle dimension, compte tenu de l'état d'esprit qui règne des deux côtés. Quand on casse un tabou, il n'existe plus de frontière. Il faut respecter l'autre sinon c'est un retour au barbarisme...»

Même dans les milieux musulmans, qui ne le sont bien souvent que de nom et où la pratique de la laïcité est de bon ton, on se sent attaqué au plus profond de «ses racines culturelles» et on rejette avec force l'amalgame fait par ces caricatures en associant l'islam au terrorisme.

Grande bourgeoise de Zamalek, Hoda fustige ces caricatures «véritable boîte de pandore» et qui, sous prétexte de liberté de presse, supprime les frontières d'une certaine morale «qu'elle soit laïque ou religieuse». Plus terre à terre, Heykal, homme à tout faire, se refuse à utiliser ou à manger des produits danois ou norvégiens. Un boycottage encouragé par les responsables religieux musulmans qui ont fait distribuer, à l'issue de la prière de vendredi, un tract de deux pages en ce sens, accompagné d'une liste exhaustive des marques de ces deux pays. Déjà, la chaîne de supermarché Metro, propriété d'un homme d'affaires égyptien également ministre dans le nouveau gouvernement, a apposé des affichettes sur ses rayons pour avertir ses clients qu'il n'y a plus de produits danois en vente.

Certains profitent de cette situation pour jeter de l'huile sur le feu. C'est ainsi qu'un SMS anonyme circule accusant le Danemark de vouloir «brûler le Coran» ce samedi en précisant que cet autodafé se fera sur «la grand place de Copenhague en réponse au boycottage musulman»...

© La Libre Belgique 2006