Le boycott atteint quelques groupes européens

Plusieurs groupes européens ont été touchés par les appels au boycottage des produits danois, lancés dans plusieurs pays arabes à la suite de la publication de caricatures du prophète Mahomet dans des journaux danois.

AFP

Plusieurs groupes européens ont été touchés par les appels au boycottage des produits danois, lancés dans plusieurs pays arabes à la suite de la publication de caricatures du prophète Mahomet dans des journaux danois.

De nombreuses autorités des pays arabes ont appelé à boycotter les produits danois : les chambres de commerces de Dubaï, du Qatar et d’Egypte, ou encore le chef spirituel des Frères musulmans en Egypte. Le boycottage est très suivi dans les pays du Golfe, Arabie Saoudite en tête, mais aussi en Afrique du Nord.

Ce boycottage a touché surtout des produits laitiers, essentiellement ceux du groupe danois Arla Foods, deuxième exportateur européen du secteur, qui a annoncé le licenciement de 125 personnes.

Ce dernier a aussi décidé de fermer temporairement sa laiterie de Ryad et de geler un autre projet de laiterie en Arabie saoudite, dont la première pierre devait être posée la semaine prochaine.

Certains groupes ont pris les devants. Ainsi, le géant suisse des produits laitiers, Nestlé, a pris mardi des mesures pour éviter d’être pris pour un producteur danois.

«Ce n’est ni produit au Danemark, ni importé du Danemark », affirme Nestlé dans un encart publicitaire publié en première page du quotidien pan-arabe à capitaux saoudiens, Asharq al-Awsat.

L’encart porte le sigle du lait en poudre Nido, la marque phare de la société. «Les honorables consommateurs peuvent s’assurer de l’origine de nos produits en vérifiant les emballages », affirme la société.

Des organisateurs de la campagne de boycottage en Arabie saoudite avaient inclus Nido comme produit danois sur leur liste de produits à boycotter.

Chez le distributeur français Carrefour, numéro deux mondial, largement implanté dans les pays arabes, les franchisés de plusieurs pays ont décidé de leur propre chef de retirer les produits danois.

Ainsi le franchisé de Carrefour en Egypte annonce sur son site internet ne plus distribuer de produits danois dans ses magasins. Idem à Dubaï. Une employée de Carrefour a déclaré que «la chaîne a retiré tous les produits danois de la vente il y a plusieurs jours ».

Un porte-parole du groupe français à Paris a expliqué que ces initiatives ne dépendent pas de la direction du groupe Carrefour en France, car il s’agit d’un franchisé et que les franchisés sont «libres » de retirer ou non des produits de leurs magasins.

En revanche, le leader français des produits laitiers Danone n’a fait aucun commentaires sur la situation, se bornant à affirmer qu’il «ne commercialisait pas de produits danois ».

Le groupe français Lactalis, l’un des leaders européens du fromage, a déclaré n’avoir pas pris de mesure dans l’immédiat. «Mais il faut attendre le samedi, lendemain de la prière du vendredi, pour voir comment vont évoluer les choses », selon un porte-parole du groupe, qui même s’il ne craint pas un effet-ricochet sur ses produits, reste prudent, d’autant, souligne-t-il, que ce sont «des régions très importantes pour notre activité ».

Tesco, numéro un britannique des supermarchés, n’a que des magasins en Turquie et n’a pris aucune décision de retrait. Safeway, qui appartient au groupe Morrison, et Sainsbury, deux autres grandes enseignes britanniques, n’a pas de supermarchés dans la région.

Mais pour les chewing-gums Stimorol, dont le slogan publicitaire est «Machez danois », un porte-parole du groupe Cadbury Schweppes, qui détient la marque, a déclaré que le groupe «ne considère pas la marque comme danoise, c’est global, très largement vendu en Europe de l’est, Russie, sur beaucoup de marchés ».

«Le produit est vendu au Moyen-Orient, mais franchement, ce n’est pas très important », a-t-il dit.

Sur le même sujet