Manifestation de milliers de musulmans dans le monde

Des milliers de musulmans en colère ont manifesté vendredi contre la publication en Europe de caricatures de Mahomet, dénoncée comme «une agression » contre l’islam par le prédicateur de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem. «Les condamnations ne suffisent pas, il faut riposter par les armes », ont crié des milliers de fidèles.

Manifestation de milliers de musulmans dans le monde
©EPA
AFP

Des milliers de musulmans en colère ont manifesté vendredi contre la publication en Europe de caricatures de Mahomet, dénoncée comme «une agression » contre l’islam par le prédicateur de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

«Les condamnations ne suffisent pas, il faut riposter par les armes », ont crié des milliers de fidèles rassemblés sur l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, scandant des slogans contre le Danemark, la France et la Norvège.

Des manifestants ont piétiné, puis brûlé, un drapeau danois et un drapeau français.

Le prédicateur Mohammad Hussein a qualifié ces caricatures «d’agression flagrante contre l’islam et une expression de dédain à l’encontre de la nation musulmane ».

La publication le 30 septembre par le quotidien danois Jyllands-Posten de 12 caricatures du prophète Mahomet a provoqué la colère du monde musulman.

Des journaux européens, notamment en Norvège et en France, ont ensuite reproduit les caricatures controversées au nom de la liberté d’expression.

De son côté, le Jihad islamique a revendiqué un tir de roquettes vers Israël qui a fait quatre blessés, dont un nouveau-né, affirmant que le mouvement radical palestinien avait voulu «défendre le prophète ».

Le bébé a été grièvement atteint à la tête et trois autres personnes, dont les parents de l’enfant, ont été plus légèrement blessées.

L’engin a explosé dans une maison habitée par des anciens colons de la bande de Gaza, et résidant sur des terrains du kibboutz (village collectiviste) de Karmia (sud d’Israël).

L’armée israélienne a ensuite riposté par un bombardement d’artillerie vers l’est de la ville de Gaza.

Des drapeaux danois, français et norvégiens ont été également brûlés à Naplouse, en Cisjordanie.

«Les criminels (auteurs des caricatures) n’échapperont pas à la punition des peuples musulmans », a menacé Yasser Mansour, un cadre du Hamas qui vient d’être élu député lors des législatives remportées par le groupe islamiste.

A Gaza, le prédicateur de la Grande mosquée a lancé devant des milliers de fidèles: «Nous n’acceptons pas les +regrets+. Ceux qui ont publié ces caricatures doivent avoir la tête tranchée ».

Pour sa part, le mouvement palestinien «Pour la réforme globale et la Démocratie », réunissant des intellectuels comme le poète Mahmoud Darwish et d’autres personnalités, a exprimé dans un communiqué sa «grande préoccupation » suite aux agressions de ressortissants étrangers en réaction aux caricatures, qu’il a par ailleurs condamnées.

En Jordanie, des milliers de fidèles ont manifesté mais les prédicateurs ont souligné la nécessité de «ne pas nuire aux religions du Livre », en réagissant de façon inappropriée à la publication des caricatures.

En Iran, où quelques milliers d’Iraniens ont manifesté aux cris de «Mort au Danemark » et de «Mort à l’Amérique », l’ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, a affirmé que «si la liberté d’expression consiste à pouvoir insulter l’être le plus cher au coeur d’un quart de la population mondiale, alors chacun peut réagir (comme il l’entend) ».

Des manifestants ont brûlé le drapeau danois et déchiré le drapeau français en Turquie.

En Syrie, un dignitaire musulman, Cheikh Salaheddine Kaftaro, a exhorté les Arabes et les musulmans à boycotter les produits des pays où ces caricatures ont été publiées. Des appels en ce sens ont également été prononcés par des dignitaires religieux dans le Golfe.

Le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen a réaffirmé que son gouvernement ne pouvait présenter des excuses au nom d’un journal «libre et indépendant ».

Le ministre britannique des Affaires étrangères Jack Straw a qualifié d’«indélicate » et témoignant d’un «manque de respect » la publication des caricatures, alors qu’à Paris, les ambassadeurs arabes ont exprimé «le souci d’éviter l’escalade » et leur «souci de dialogue et d’apaisement ».

Sur le même sujet